La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Marcel Moreau

A propos

D'utopie en utoupie Plus jeune, beaucoup plus jeune, j’aimais la révolution. Si vous saviez comme je l’aimais… Je la chantais, la dansais, l’exaltais, la caressais. J’en faisais tourner les utoupies dans ma tête. Les utoupies me faisaient tourner la tête autour de la terre des hommes. J’aurais prié Dieu, si j’y avais cru, pour que cette giration ne connaisse de terme. Plus tard, mais pas beaucoup plus tard, à temps, quoi, je me suis aperçu que quelque chose en moi tournait plus vite qu’elle. Que les mots de la vie, dans mon corps, tournaient plus vite qu’elle. Les mots de mon amour des mots non seulement...
janvier 2004
Le Matricule des Anges n°49

Généalogie d’un empilement

Lorsqu’on demande à Marcel Moreau de nous montrer sa bibliothèque, il est étonné, puis un peu gêné. Car, ici, chez lui, les livres traînent un peu
partout, et Moreau avoue vite qu’il ne lit que peu de contemporains, qu’il
ne fait souvent que tâter le pouls de certains, donnant davantage son avis
sur des manuscrits lorsqu’on le lui demande. Dans tous les cas, c’est
l’écriture qui trône haut....
septembre 1998
Le Matricule des Anges n°24

Moreau, morsures à découvert

Autodidacte, belge de naissance, français d’adoption, masse furieuse de révoltes par nécessité, Marcel Moreau passe des bagarres d’adolescent à l’écriture par la même voie : celle de la lutte à mains nues. De Boussu à Paris, trajet d’une autobiographie mystique pas comme les autres… Moreau, morsures à découvert. Rue de Rivoli, vers St Paul le Marais, à Paris : c’est là que Marcel Moreau habite, seul, depuis plus de trente ans un petit appartement au premier étage d’un immeuble modeste. Arrivé à Paris en 1968, via Bruxelles où il était correcteur au quotidien Le Soir, Marcel Moreau est un homme à la taille imposante, une sorte de colosse un peu voûté, à l’épaisse chevelure blanche qui lui tombe comme...
septembre 1998
Le Matricule des Anges n°24

Ouvrages chroniqués

A dos de Dieu
de Marcel Moreau
2018
Apologie de la démesure, bûcher nihiliste, À dos de Dieu est la « Saison en enfer » de Marcel Moreau. Très judicieuse l’idée de choisir Marcel Moreau pour inaugurer une collection titrée « Les Indociles ». Belge d’origine – né en 1933 mais naturalisé français depuis 1974 – il a l’amour de la démesure, l’ivresse dionysiaque et un goût marqué pour toutes les formes de l’excès : le vin, l’érotisme, la cruauté. Renvoyant dos à dos tous les systèmes et cherchant la vérité dernière de l’être humain dans les tréfonds et les failles, son œuvre, à l’écriture oscillant sans cesse entre le baroque le plus somptueux, un romantisme noir et un nihilisme rageur, est vouée tout entière à ouvrir la vie à...
Richard Blin
novembre 2018
Le Matricule des Anges n°198
Un cratère à cordes, ou langue de ma vie
de Marcel Moreau
2016
Dans un (dernier ?) livre à la sensibilité aussi ensauvagée qu’insoumise, Marcel Moreau clame son amour inachevé, inachevable, de la femme, des mots et de la force désentravante du verbe. Dansant, transportant, quasi testamentaire, mais éclairé par le toujours même soleil d’orage, le soixantième livre de Marcel Moreau (né en 1933). Affamé de fureur voluptueuse, il est tout entier voué à Celle qu’il appelle « la langue de ma vie ». Livre inclassable, à la matière enivrée, sapide, palpitante, tout en bousculades d’impressions « dans le plus pur style des retournements d’entrailles ». C’est que quelque chose d’inouï cherche à s’y dire dans l’entrecroisement des voix et l’entremêlement des corps. Face à face, ou l’un dans l’autre, il y a le corps dansant d’« Elle », et de...
Richard Blin
juillet 2016
Le Matricule des Anges n°175
Morale des épicentres
de Marcel Moreau
2004
Deux nouveaux livres révèlent la vision du monde libertaire et libertine d’un Marcel Moreau plus percutant et plus amoureux que jamais. Comme tout insatiable qui se sait mortel, Marcel Moreau a la dépense magnifique, le verbe expansif et l’amour sublime. Il aime les saveurs qui brûlent, les fulgurances et les singularités joyeuses. Il est de ceux pour qui connaître et aimer relèvent de la même densité charnelle, de la même ivresse du verbe et de Vénus. Il manie une langue initiée à toutes les volubilités du jouir et aime « la morsure baladeuse des mots à l’intérieur d’un corps amoureux d’eux ». C’est un schismatique, un entêté qui préfère les « dialogues de ventre à ventre, plus que de tête à tête », et qui, à la mort et...
Richard Blin
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54
Adoration de Nona
de Marcel Moreau
2004
Deux nouveaux livres révèlent la vision du monde libertaire et libertine d’un Marcel Moreau plus percutant et plus amoureux que jamais. Comme tout insatiable qui se sait mortel, Marcel Moreau a la dépense magnifique, le verbe expansif et l’amour sublime. Il aime les saveurs qui brûlent, les fulgurances et les singularités joyeuses. Il est de ceux pour qui connaître et aimer relèvent de la même densité charnelle, de la même ivresse du verbe et de Vénus. Il manie une langue initiée à toutes les volubilités du jouir et aime « la morsure baladeuse des mots à l’intérieur d’un corps amoureux d’eux ». C’est un schismatique, un entêté qui préfère les « dialogues de ventre à ventre, plus que de tête à tête », et qui, à la mort et...
Richard Blin
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54
Tectonique des corps
de Marcel Moreau
2003
Trois artistes du corps exposent dessins et photographies, du noir et blanc, et un texte s’apparie à cette manifestation, noir sur blanc, ils s’accouplent même tant les œuvres s’interpénètrent, s’imbriquent, se complètent. Eliette Dambès donne aux corps qu’elle dessine des positions qui révèlent l’animal en eux ; et elle prolonge ces corps, les transforme, jusqu’à la représentation de ce qu’ils évoquent : aigle, rhinocéros, crocodile… Puis viennent les corps de Briaud, ceux d’un peuple d’innocents, d’individus paraissant ébahis, ébahis d’exister, comme sortis du fond des âges, le traité...
Philippe Castells
mai 2004
Le Matricule des Anges n°53
Corpus scripti
de Marcel Moreau
2002
L’hédoniste Marcel Moreau signe avec Corpus scripti un livre vertigineux qui chante l’amour des femmes et nous raconte la rencontre d’un corps inculte avec les mots. Il aura fallu une quarantaine d’années et autant de livres (43 exactement) pour que « l’apache » Marcel Moreau se voit attribuer un prix littéraire. Le prix Wepler vient de couronner Corpus scripti, qui dit le rare et troublant désir de « tressaillir pour une autre vie ». À travers ce livre, c’est l’œuvre d’un homme qui vit l’écriture jusqu’à l’essoufflement, sans lésiner ni sur les doses, ni sur les fréquences, qui est récompensée. Une œuvre majeure, incandescente, restée hélas trop confidentielle. Corpus scripti dresse le bilan d’une vie pleine de démesure. Dès les premières phrases,...
Emmanuel Favre
janvier 2003
Le Matricule des Anges n°42