La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Max Rouquette

A propos

L'Apocalypse selon Rouquette Théâtre, poésies, nouvelles, à 92 ans, Max Rouquette, écrivain occitan ne cesse de publier. Rencontre avec l’auteur d’une œuvre grave, crépusculaire tout autant que flamboyante. Il n’a jamais prôné la destruction, ni le chaos. Trop vain, trop facile pour cet être passionné par les mots et leurs origines ! Celle d’apocalypse signifie révéler ce qui était caché. Gratter les apparences, aller au-delà des évidences, retrouver le brut, le sauvage, le païen sous le policé, le commun, l’institué, tel est un des objectifs fondamentaux du travail d’écriture de Max Rouquette. Né en 1908 à Argeliers, près de Montpellier, il apparaît avec le Gascon Bernard Manciet, comme un des plus grands écrivains d’expression occitane contemporains. Polygraphe, auteur de recueils de...
mars 2000
Le Matricule des Anges n°30

Ouvrages chroniqués

Poèmes en Prose (bilingue Occitan)
de Max Rouquette
2008
Florilège de publications pour le centenaire Max Rouquette, un des plus grands écrivains occitans du siècle. Max Rouquette est décédé le 24 juin 2005, le jour le plus long de l’année, le jour du solstice d’été, de la Saint Jean, de ses feux, de ses rites de fertilité. Et ce n’est vraisemblablement pas un hasard, tant dans l’œuvre de ce polygraphe, ce poète, le jour et la nuit s’affrontent, resplendissent de mille lumières, vibrionnent de présences invisibles, se déchirent en lambeaux crépusculaires, s’embrasent, ouvrent la porte aux ténèbres intérieures. Né à Argelliers (Hérault), village-amphithéâtre de garrigues, préfigurant le Larzac, il y transposa, mit en scène intime et universel, farce et...
Dominique Aussenac
juillet 2008
Le Matricule des Anges n°95
Bestiaire II
de Max Rouquette
2005
Si l’un des deux phares de la littérature occitane vient de s’éteindre, la poésie d’oc garde, elle, toute sa vivacité. Anthologies et recueils à l’appui. Voici plus de mille ans que la poésie occitane brûle d’un feu souterrain, bactérien, que l’on dit volontiers crépusculaire. Son plus étonnant paradoxe reste sa richesse, alors que la langue, elle, dépérit chaque jour. « Face à cette absence d’usage courant en société, le poète doit recréer les sons et les rythmes de la parole par le poème », affirme Jean Eygun dans l’anthologie Poésie d’oc au XXe siècle. Pour rendre compte de son évolution, à l’écoute du monde, Jean Eygun propose une lecture en trois temps. « À l’ombre de la Renaissance mistralienne » (le prix Nobel est mort en 1914)...
Dominique Aussenac
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65
Déserts
de Max Rouquette
De Marseille à Toulouse, en passant par Limoges, de la Gascogne à la Provence, la langue d’oc fut d’abord celle des troubadours, une des plus savantes depuis l’antiquité. Elle fut pourtant réduite aux seuls aspects d’un régionalisme étroit face à la langue du pouvoir, le français. Max Rouquette (né en 1908 dans l’Hérault) est aujourd’hui l’un des garants de sa transmission. Auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages, proses, poèmes et théâtre, il fonda avec René Nelli et Ismaël Girard, en 1945, encouragé par Jean Cassou et Tristan Tzara, l’Institut d’études occitanes. Les poèmes en prose...
Emmanuel Laugier
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14
Le Grand théâtre de Dieu
de Max Rouquette
1996
À travers le monde de la garrigue, Max Rouquette exalte la dimension métaphysique des combats humains et redonne ainsi naissance à la tragédie. Max Rouquette, né en 1908 à Argelliers, entre Montpellier et le Causse du Larzac est un des écrivains les plus importants de la littérature occitane contemporaine. Maîtrisant arts poétiques, dramatiques et prose, cet ancien médecin a su donner à son écriture un souffle universel. Le Grand Théâtre de Dieu constitue la deuxième partie de son œuvre générique : Vert Paradis. Jamais publiées en français, traduites de l’occitan par l’auteur, ces treize nouvelles présentent la garrigue comme un vaste amphithéâtre dans lequel les êtres s’ébrouent, rayonnant de toute l’intensité tragique de leur...
Dominique Aussenac
mars 1997
Le Matricule des Anges n°19
Auteurs en scène N° 1 ; Max Rouquette ou la tentation théâtrale
de Max Rouquette
1996
À travers le monde de la garrigue, Max Rouquette exalte la dimension métaphysique des combats humains et redonne ainsi naissance à la tragédie. Max Rouquette, né en 1908 à Argelliers, entre Montpellier et le Causse du Larzac est un des écrivains les plus importants de la littérature occitane contemporaine. Maîtrisant arts poétiques, dramatiques et prose, cet ancien médecin a su donner à son écriture un souffle universel. Le Grand Théâtre de Dieu constitue la deuxième partie de son œuvre générique : Vert Paradis. Jamais publiées en français, traduites de l’occitan par l’auteur, ces treize nouvelles présentent la garrigue comme un vaste amphithéâtre dans lequel les êtres s’ébrouent, rayonnant de toute l’intensité tragique de leur...
Dominique Aussenac
mars 1997
Le Matricule des Anges n°19
Le Corbeau rouge
de Max Rouquette
Plongée initiatique à l’intérieur d’un fragment d’opera mundi, Divine Comédie d’un des plus grands écrivains occitans de ce siècle. Faire œuvre, œuvre universelle, métaphysique, chimérique, voilà l’intention qui transcende la vie de Max Rouquette. Faire œuvre en utilisant toute la palette des arts littéraires, poésie, théâtre, récits, nouvelles, romans… Faire œuvre en gardant, sauvegardant une langue, celle de sa civilisation, celle des troubadours, au-delà de tout militantisme et ce malgré l’apartheid de la république jacobine. Faire œuvre pour donner sa propre grille de lecture du monde, en se plaçant en moraliste, pas en père la pudeur d’un quelconque ordre moral, mais en auteur qui écrit sur les mœurs, la nature...
Dominique Aussenac
juin 1998
Le Matricule des Anges n°23