La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Philippe Beck

A propos

Tissé de vers Avec Chants populaires, Philippe Beck, auteur marquant de la jeune génération poétique, redéploie en vers les leçons perdues des Contes de Grimm. Détour éclairé. La « physionomie d’une époque (…) désigne l’esprit d’un temps par sa langue » écrivait Victor Klemperer. Nul doute que le projet de Chants populaires de Philippe Beck, comme ce fut le cas avec Aux recensions (2002) ou Poésies didactiques (2001), s’appuie, pour en revivifier les strates latentes et tues, sur l’esprit enfoui d’une langue, d’un style, celui, ici, des contes des frères Grimm. Mais adapter la prose de ces contes pour la densifier dans des vers consiste à déplier nouvellement, pour les enfants que nous sommes, « un art impersonnel en quelqu’un ». Les Chants populaires ouvrent...
mars 2007
Le Matricule des Anges n°81

Ouvrages chroniqués

Un journal
de Philippe Beck
2008
Des berges de la Loire à la tenue d’un Journal : Philippe Beck observe ce qui l’entoure. Entre vie et livre, la pensée. Une double livraison de Philippe Beck à la fois étonnante, par le genre de chacun des livres, et attendue par la teneur et la forme du propos. Les deux se ressemblent en ce qu’ils pratiquent une prose (poétique, forcément) de temps à autre interrompue par un poème. Pour De la Loire, il s’agit d’une suite de courtes proses, énigmatiquement intitulées V.d.p. + titre (ce n’est que plus tard on comprend que c’est de « vague de pierre » qu’il s’agit), lesquelles constituent une tentative de description de l’expérience de l’œil. Œil (mot très présent, dans les deux ouvrages) parcourant et...
Marta Krol
avril 2008
Le Matricule des Anges n°92
De la Loire
de Philippe Beck
2008
Des berges de la Loire à la tenue d’un Journal : Philippe Beck observe ce qui l’entoure. Entre vie et livre, la pensée. Une double livraison de Philippe Beck à la fois étonnante, par le genre de chacun des livres, et attendue par la teneur et la forme du propos. Les deux se ressemblent en ce qu’ils pratiquent une prose (poétique, forcément) de temps à autre interrompue par un poème. Pour De la Loire, il s’agit d’une suite de courtes proses, énigmatiquement intitulées V.d.p. + titre (ce n’est que plus tard on comprend que c’est de « vague de pierre » qu’il s’agit), lesquelles constituent une tentative de description de l’expérience de l’œil. Œil (mot très présent, dans les deux ouvrages) parcourant et...
Marta Krol
avril 2008
Le Matricule des Anges n°92
Beck, l’impersonnage : rencontre avec Gérard tessier
de Philippe Beck
2006
Monographie dialoguée, « Beck, l’impersonnage » propose trente-deux stations réflexives sur le métier d’écrire, sa complexité et ses engagements…. Cet épais volume écrit à deux mains offre, pour l’amateur de poésie, ou pour celui qui y découvrirait l’œuvre de Philippe Beck (treize livres publiés depuis Garde-manche hypocrite [Fourbis] en 1996 jusqu’aux Déductions [Al Dante, 2006), deux avantages : le premier est ce choix d’entrées variées, des plus parlantes aux plus abstraites : de Alsacien, par exemple à Temps faible, en passant par Idylle, Famille, Roman, etc. Le second d’être emmené densément (comme dans une danse de phrases nerveuses), si l’on n’a pas peur parfois de se perdre en chemin, dans les lacets complexes qui serrent le...
Emmanuel Laugier
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79
Aux recensions
de Philippe Beck
2002
Philippe Beck poursuit son travail de poète moraliste. Du sens s’ouvre, à tous les niveaux, à mesure qu’il déplace la langue de ses attendus. Un trajet à suivre. Philippe Beck s’impose aujourd’hui comme une voix singulière dans la poésie contemporaine. Cependant, il n’est pas évident d’aborder ses livres, dont les titres, aussi désarçonnants qu’obscurs, tels que Garde-manche hypocrite (Fourbis, 1996), Chambre à roman fusible (Al Dante, 1997), Verre de l’époque Sur-Eddy (Al Dante, 1998), sont de véritables glissades de sens. Pas évident, en effet, de saisir la pente fusible d’une chambre, la pente hypocrite du garde-manche, quoique là on puisse imaginer le balai de mains obscures sous un vêtement se gardant de manches, la pente Sur-Eddy du verre de...
Emmanuel Laugier
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38
Poésies didactiques
de Philippe Beck
2001
Philippe Beck poursuit son travail de poète moraliste. Du sens s’ouvre, à tous les niveaux, à mesure qu’il déplace la langue de ses attendus. Un trajet à suivre. Philippe Beck s’impose aujourd’hui comme une voix singulière dans la poésie contemporaine. Cependant, il n’est pas évident d’aborder ses livres, dont les titres, aussi désarçonnants qu’obscurs, tels que Garde-manche hypocrite (Fourbis, 1996), Chambre à roman fusible (Al Dante, 1997), Verre de l’époque Sur-Eddy (Al Dante, 1998), sont de véritables glissades de sens. Pas évident, en effet, de saisir la pente fusible d’une chambre, la pente hypocrite du garde-manche, quoique là on puisse imaginer le balai de mains obscures sous un vêtement se gardant de manches, la pente Sur-Eddy du verre de...
Emmanuel Laugier
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38
Garde-Manche hypocrite
de Philippe Beck
Les textes de Philippe Beck ne sont ni « fumier de la prose » ni « fumier du poème », mais tour à tour du côté de la prose et du côté du poème, dans un compromis qui ne néglige ni l’un ni l’autre, adopte l’un et l’autre, parvient même à créer comme une complémentarité entre les deux -une proximité que l’on croirait inédite. Dans ce livre (la première publication de cet auteur), alternent des passages obscurs (une obscurité assez mallarméenne finalement, donc séduisante, énigmatique) et des passages où le sens se donne sans résistance dans des sortes de trouées sémantiques qui perforent...
Didier Garcia
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20