La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Régis Jauffret

A propos

Il est tous les autres Écrivain des consciences dérangées, Régis Jauffret embrasse l’époque dans laquelle il vit et lui retourne le miroir ricanant de ses romans. Avec « Microfictions », il tend un épais kaléidoscope, parfois carnavalesque, de la condition humaine. Difficile de ne pas se demander quel genre de bonhomme on va rencontrer quand c’est Régis Jauffret qu’on va voir. Parce qu’on a lu, par exemple, Autobiographie qui raconte à la première personne les tribulations d’un type prêt à coucher avec n’importe qui pour ne pas avoir à travailler. C’est le portrait d’un fou mis sur les rails de son destin par une logique implacable qui fait de lui un monstre. On a lu aussi Histoire d’amour qui relate comment un homme, le narrateur toujours, décide de tomber amoureux d’une femme aperçue dans un train de banlieue. Comment il va la suivre, la violer,...
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79

La nef des fous

Ils sortent de l’ombre, s’avancent devant nous et parlent. Ils ont tué, violé, massacré, ou ils ont été violés, ils rêvent de tuer leur femme, leur mari, leur enfant. Ils sont d’aujourd’hui, d’hier, de demain. Parfois, ils ne parlent pas : on expose pour eux ce qu’ils sont, ont vécu, vont vivre. Tous semblent porter les stigmates de notre époque : ce sont ici ces gamins qui massacrent et...
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79

Bibliographie

Romans
* Seule au milieu d’elle Denoël, « L’Infini », 1985 * Cet extrême amour Denoël, 1986 * Sur un tableau noir Gallimard, L’Infini « , 1993 * Histoire d’amour Verticales, 1998 (Folio N°3186) * Clémence Picot Verticales, 1999 (Folio N°3443) * Autobiographie Verticales, 2000 (Folio N°4374) * Promenade Verticales, 2001 (Folio N°3584) * Univers, univers Verticales, 2003 (Folio N°4170)...
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79

Ouvrages chroniqués

Sévère
de Régis Jauffret
2010
Il y a eu mort d’homme. Un cadavre dans une combinaison en latex rose, enduit de talc. La peau de mue à peine identifiable d’un homme d’affaires influent. à partir de là, le lecteur peut choisir d’abandonner tout de suite ou de suivre les traces de la meurtrière fantasque, secrétaire sexuelle du grotesque cadavre, pantin désarticulé. Et se demander, au bout du compte, ce qui l’a poussé à continuer : ses propres fantasmes sado-maso version barbie, son instinct de vautour aimant les faits divers croustillants (puisque fait divers il y eut, à la source), surtout quand il s’agit d’un homme...
Chloé Brendlé
avril 2010
Le Matricule des Anges n°112
Asiles de fous
de Régis Jauffret
2005
En guise de théâtre verbal, Régis Jauffret, fin stratège, jette sur la rentrée une petite bombe narrative savamment déguisée. Avec la parution de L’Enfance est un rêve d’enfant (Verticales) l’an dernier, Régis Jauffret déconcertait son lecteur coutumier des détresses violentes de Clémence Picot, d’une troublante et sombre Promenade, ou de la femme multiple du vertigineux Univers, univers en présentant un roman qui, sans être plus inoffensif, s’écoulait plutôt dans l’enfance et l’Histoire. Asiles de fous, fiction numéro treize, et treizième pied de nez à l’autofiction, fait un retour au couple et aux malheurs familiaux d’une manière une fois de plus confondante. Gisèle, à la maison, attend en vain, et elle le...
Hélène Pelletier
octobre 2005
Le Matricule des Anges n°67
Promenade
de Régis Jauffret
2001
D’une rare puissance d’écriture, Promenade de Régis Jauffret nous immerge dans les eaux troubles du cerveau, à la recherche des étincelles de la vie. Une femme erre dans le labyrinthe grouillant d’une grande ville. « Ces cellules n’acceptent pas le statu quo que représente l’existence… chaque instant est une torture ». C’est une errance comme sans fin, peuplée de contacts fugitifs et d’obsessions tourbillonnantes qui la font dériver vers des scénarios fantasmés, appelant la violence, la mort, le suicide, comme seules issues pourtant insupportables. On entend, puis on est comme pénétré du « ressassement infini qui clapote en elle » et empêche sa recherche du plaisir ou simplement la formation d’une « carapace imperméable à la douleur »....
Pierre Hild
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
Fragments de la vie des gens
de Régis Jauffret
2000
En empruntant diverses voies, Régis Jauffret veut nous entraîner dans un même constat : l’existence est un ratage. On a déjà été plus convaincus. Le narrateur d’Autobiographie se définit comme un « séducteur sans grand scrupule ». C’est peu dire : séducteur, il l’est si bien que chaque femme rencontrée est une nouvelle victime -ou un bourreau de plus, en témoigne le viol perpétré par une armée d’infirmières, défilé « ininterrompu de cavités buccales, anales, vaginales, qui se sont abattues (…) comme autant de catastrophes, de tortures »- et des scrupules, il lui en manque tant que peu lui chaut de trahir ses concubines, de les mener au désespoir, de les quitter défuntes ou prostituées (par ses propres soins, évidemment)....
Gilles Magniont
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31
Autobiographie
de Régis Jauffret
2000
En empruntant diverses voies, Régis Jauffret veut nous entraîner dans un même constat : l’existence est un ratage. On a déjà été plus convaincus. Le narrateur d’Autobiographie se définit comme un « séducteur sans grand scrupule ». C’est peu dire : séducteur, il l’est si bien que chaque femme rencontrée est une nouvelle victime -ou un bourreau de plus, en témoigne le viol perpétré par une armée d’infirmières, défilé « ininterrompu de cavités buccales, anales, vaginales, qui se sont abattues (…) comme autant de catastrophes, de tortures »- et des scrupules, il lui en manque tant que peu lui chaut de trahir ses concubines, de les mener au désespoir, de les quitter défuntes ou prostituées (par ses propres soins, évidemment)....
Gilles Magniont
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31