La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Régis Jauffret
La nef des fous

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Thierry Guichard

Ils sortent de l’ombre, s’avancent devant nous et parlent. Ils ont tué, violé, massacré, ou ils ont été violés, ils rêvent de tuer leur femme, leur mari, leur enfant. Ils sont d’aujourd’hui, d’hier, de demain. Parfois, ils ne parlent pas : on expose pour eux ce qu’ils sont, ont vécu, vont vivre. Tous semblent porter les stigmates de notre époque : ce sont ici ces gamins qui massacrent et castrent un enfant, une femme écrivain qui s’ennuie, là une autre, victime de la nécessité de séduire « de plus en plus fine et fuselée, en cas d’incendie on pourra l’évacuer par la bonde d’un lavabo. » On passe d’un footballeur assassin « qui avait un revolver en bandoulière sous son maillot » à un enfant qui subit la perversité de ses parents sans qu’il y ait forcément un rapport autre que le hasard des textes. Ce sont des solitaires tous, enfermés en eux comme fous dans un asile. Ils sont pathétiques, émouvants, repoussants, ils effraient ou font rire. Régis Jauffret passe vite sur eux, en toujours une page et demie, on les voit cependant assez pour les saisir tout entiers, comme si quelques lignes suffisaient pour les faire jaillir en nous. Ici ou là, certaines pages font comme des oasis hors du temps : c’est Balzac (ou celui qui se prend pour Balzac) évoquant George Sand : « Elle ne vidait pas les lieux avant que je l’aie sautée tant bien que mal, avec l’horrible impression de me livrer à la zoophilie, tant elle ressemblait, si j’ose dire, à un bovin du beau sexe. » C’est la parodie de tel ou tel écrivains qu’on pense reconnaître.
Dans cette nef des fous aux mille pages, le lecteur peut décider de tout lire, sans s’arrêter et faire ainsi une plongée hallucinante dans une humanité malade, proche et grotesque où certains, les nuits d’insomnie, relisent les faire-part de décès de leurs amis « pour dissiper (leurs) angoisses et (s’)endormir paisiblement comme un enfant que sa mère vient de bercer ». Il peut aussi choisir de picorer ici ou là quelques textes, comme des éphémérides : au final, il est peu probable qu’il puisse d’endormir « paisiblement » tant alors la foule éveillée en lui fera entendre ses murmures, ses râles, ses cauchemars. Mais il pourra toujours en rire, comme on se pince. Et applaudir le magicien dont les marionnettes semblent de chair et de sang.

Microfictions de Régis Jauffret Gallimard, 1024 p., 25 (en librairie le 18 janvier)

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?