La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Thomas Clerc

Ouvrages chroniqués

Poeasy
de Thomas Clerc
2017
Thomas Clerc rassemble des bris de prose, d’actualité, de journal intime dans les vers très libres de Poeasy. Portrait en pieds d’une époque par un hypersensible. Dans le métro, au lit, au bistrot, au tableau, au ciné, dans la rue, en 2016, écrire. Pas intransitivement mais dans tous les sens, présent à tout, hypersensible. De circonstance, les dizaines de poèmes qui composent Poeasy le sont d’abord par leurs thèmes. Pas grand-chose n’échappe au radar de Thomas Clerc, ni la marque d’un vêtement, ni le tic d’un langage, ni la silhouette d’un corps, ni les images d’un événement, ni les ricochets d’un souvenir, ni l’obsession des écrans. Il sera question d’un demi-siècle compris entre 1965 et 2016, entre Neuilly et Nanterre, Paris mais Tokyo, d’amour...
Chloé Brendlé
avril 2017
Le Matricule des Anges n°182
L' Homme qui tua Roland Barthes
de Thomas Clerc
2010
En dix-huit nouvelles, Thomas Clerc tisse autant de variations sur l’histoire de crimes. On se dit d’emblée qu’on a affaire à un maniaque. Celui-ci met en fiction une sorte de galerie des horreurs, en relatant avec concision et précision une série d’événements bien particuliers, depuis l’assassinat d’Abraham Lincoln par Booth en 1865 jusqu’à de récents faits divers en passant par le meurtre non élucidé de Pasolini en 1975. L’Homme qui tua Roland Barthes pourrait avoir pour sous-titre, - en référence aux Mythologies de feu R.B. -, « Nécrologies ». Mais ce n’est pas tellement l’identité...
Chloé Brendlé
mai 2010
Le Matricule des Anges n°113