La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Vincent Colonna

Ouvrages chroniqués

L' Art des séries télé, ou comment surpasser les Américains
de Vincent Colonna
2010
Qu’est-ce qui nous interdit de rassembler sept ou huit millions de spectateurs autour d’un récit en images intelligent et troublant ? « . La question est excellemment posée : dans les pays anglo-saxons, elles semblent innombrables (Oz, 24h chrono, Torchwood, Breaking Bad, Six Feet Under, Fringe, etc.) ces séries télévisées et fameuses qui depuis des années ne cessent d’inventer ; ici (bas), quasiment rien, c’est-à-dire le choix entre de sinistres sagas qui proposent à l’infini un » univers mimétique des classes moyennes « et des expérimentations hasardeuses qui tapent toujours à côté. Car...
Gilles Magniont
juin 2010
Le Matricule des Anges n°114
Autofiction & autres mythomanies littéraires
de Vincent Colonna
2004
Généalogiste alerte, Vincent Colonna remonte à la source antique pour donner à l’autofiction, genre indistinct parfois voué aux gémonies, ses lettres de noblesse. Serait-ce, en ce domaine aussi, l’effet, parfois dévastateur, de la prétendue « fin des idéologies » ? Toujours est-il qu’après les décennies structuralistes et telqueliennes, la théorie littéraire ferait désormais long feu. Alors que les formes et les genres, comme il est normal et bénéfique, ne cessent de se modifier, de s’entremêler, personne n’oserait plus, aujourd’hui, prendre le risque de les décrire ou de tenter, au moins, d’y voir clair. Après Thomas Pavel naguère (La Pensée du roman, Gallimard, 2003) et plus récemment Cécile Guilbert (voir Lmda N° 55), c’est à une telle tâche que...
Thierry Cecille
octobre 2004
Le Matricule des Anges n°57