La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Yves Pagès

A propos

Yves Pagès, l'écriture Trois ans après "Petites natures mortes au travail", l’écrivain poursuit sa subtile peinture de la "précarité existentielle". Recueil de silhouettes, "Portraits crachés" réunit les croquis de "sans dialogue fixe". Yves Pagès n’est pas de ces écrivains qui s’agrippent à une barricade comme à un piédestal. Il n’a d’autre tribune que les fragiles estrades édifiées par une littérature qui se refuse à la vanité. « Il n’y a jamais de page blanche, il n’y a que des moments où l’on est vide soi-même ». Cette littérature de la complicité et de la fraternité, qui ne prétend pas au prosélytisme, s’écrit « à la première personne du pluriel ». Publié trois ans après Petites natures mortes au travail, réunissant des fragments d’un univers social disloqué, Portraits crachés se réclame de cette mitoyenneté....
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44

Ouvrages chroniqués

Il était une fois sur cent
de Yves Pagès
2021
À commenter et interroger nos statistiques, l’écrivain et éditeur Yves Pagès nous amuse, nous inquiète, et nous donne à réfléchir. Sous-titré « Rêveries fragmentaires sur l’emprise statistique », Il était une fois sur cent est né d’une obsession des pourcentages en apparence bénigne : « Des années durant, j’en ai noté des centaines dans un carnet, à tout hasard, sans trop savoir qu’en faire, sinon reparcourir avec perplexité ce vertigineux inventaire », nous confie tranquillement Yves Pagès. Comme si c’était normal. On devine, derrière l’inoffensif alibi du hasard et une nonchalance que l’on soupçonne d’être feinte, outre la compulsion maniaque la névrose de la collectionnite. C’est que la statistique, dans sa...
Jérôme Delclos
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224
Le Soi-disant
de Yves Pagès
2007
Romain Anselme, fort de ses « onze ans moins des poussières », jouit d’insondables facultés d’affabulation. Il dirige avec maestria un petit théâtre imaginaire sur les planches duquel défilent, pêle-mêle, Caliméro, Costa-Gavras, Fifi Brindacier, sir Carol Reed, Charlot, Diabolo, Marlon Brando, etc. Le mardi 6 février 1973, alors qu’un incendie vient tout juste de ravager son collège, le CES Édouard-Pailleron, Romain fugue et, muni d’un volume des aventures de Tintin et d’une Canon DS-8, se cache dans le lot 62 d’un immeuble adjacent. Trois jours s’écoulent… Finalement, Romain sort de son...
Jérôme Goude
mars 2008
Le Matricule des Anges n°91
Le Théoriste
de Yves Pagès
2001
Tout vient d’un trou de mémoire et d’un parcours de souris. La mémoire défaillante est celle du narrateur qui veut tenter de savoir quelle sorte d’enfant il était. Le parcours de souris est celui créé par son père, scientifique compilateur et archiviste auteur d’une « encyclo-ethno-zoo-neuro-éco-psycho-socio-pédie » dans laquelle les petits mammifères rongeurs tiennent une place importante. Cerné par la science interprétative dès son plus jeune âge, le narrateur procède a posteriori selon une interprétation paranoïaque : il fut lui-même un cobaye pris dans un labyrinthe dont son père...
Christophe Dabitch
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
Petites natures mortes au travail
de Yves Pagès
Quand la littérature observe l’univers des boulots précaires, elle fait de son sujet le matériau même de l’écriture.La preuve par Yves Pagès. L’excellent titre du livre d’Yves Pagès, Petites natures mortes au travail, illustre à merveille le point de vue de l’auteur : un mélange de provocation et d’ironie, un point de vue décalé et d’une certaine manière un exercice de style. Après l’avoir délaissé au profit d’un genre comme le polar, la littérature dite blanche semble depuis quelques années vouloir reconquérir un monde qui est une part essentielle de la vie de chacun, le monde du travail. Face à la déferlante libérale, la littérature ose enfin opposer son regard critique sans pour autant se perdre dans un simple discours de...
Christophe Dabitch
mars 2000
Le Matricule des Anges n°30