La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Dernier télégramme

A propos

Poésie de contact Dernier Télégramme déploie depuis 2005 une activité qui mêle édition de livres et interventions publiques. Une manière de redire que la poésie est vivante et qu’elle est l’affaire de chacun. Vivifiant. Si les premiers livres des éditions Dernier Télégramme affichaient à leur début une esthétique d’une austérité quasi janséniste, force est de reconnaître qu’aujourd’hui les publications de ce jeune éditeur ont acquis une élégance sobre plus susceptible de séduire le lecteur de poésie. Car c’est bien de poésie qu’il est question ici, même si certains textes, à l’image du Qui vive de Christophe Manon s’offrent comme des proses. Une poésie qui affiche sa contemporanéité dans des typos parfois endiablées (Edith Azam) ou des mises en page éclatées (Mathieu Brosseau) ou qui s’égrène dans le...
juillet 2013
Le Matricule des Anges n°145

Messages poétiques

Installées à Limoges, les éditions Dernier Télégramme publient de jeunes auteurs de poésie et organisent des lectures/performances. Pour que vive le langage. Passionné par tout ce qui touche aux mots et à la langue, Fabrice Caravaca a beaucoup couru les performances, lectures et autres rencontres, et s’est trouvé souvent déçu de ne pouvoir se procurer de publications liées aux auteurs qu’il découvrait, en particulier les jeunes poètes. La trentaine approchant, il a décidé de remédier à cette frustration en créant sa propre structure d’édition. En...
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79

Ouvrages chroniqués

Alexandre
de Guillaume Condello
2016
Chant héroïque, prophétie tragique, épopée contemporaine… Il est difficile de qualifier le deuxième recueil de Guillaume Condello. Alexandre est une « histoire vieille d’animaux et / de noms / pleine d’échos », qui mélange les colonnes antiques aux poteaux en plastique et les caddies aux chars de guerre. Poursuivant le travail qu’il avait amorcé dans Les Travaux et les jours, le poète cherche à réactualiser une Antiquité lointaine et perdue. La parole brute, qui dans l’ouverture Intrant(s) et le finale Exit prend l’accent du discours oral, laisse libre cours aux apostrophes et aux...
Camille Cloarec
juin 2016
Le Matricule des Anges n°174
Contrariétés
de Benoît Toqué
2020
mêlant autobiographie et jeux sur la variation, Benoît Toqué crée un texte foutraque qui tente de rendre sur le papier la tension propre à la performance poétique. Série de courts paragraphes passant du coq à l’âne selon la règle arbitraire de l’association d’idées, Contrariétés, du poète Benoît Toqué, cherche à faire de cette saturation composite un mouvement cohérent. L’écriture tient ici de la fuite en avant et du besoin paradoxal d’accumuler, comme s’il n’y avait finalement de cohérence que dans l’exagération de l’incohérence : « Il y a trop de choses dans ce texte, je vais devoir en écrire d’autres », peut-on lire page 37. « Le poème », de toute façon, « est interminable » et les permutations y servent l’absurde, réduisant à néant les...
Guillaume Contré
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213
L' Éternité, l’éternité, l’éternité, l’éternité,
de Christophe Manon
2006
Je suis le corps d’un soldat mort. J’ai vingt ans comme tous les soldats morts. J’ai été tué il y a plus d’une semaine. « Ces mots ouvrent la lente et envoûtante litanie scandée par Christophe Manon, explorant dans ses pires retranchements le thème de la guerre qui unit hommes, bêtes et choses dans une même stupeur de douleur. » Je suis un corbeau blessé à l’aile droite, abattu en plein vol au-dessus des mélèzes. " Les chants lyriques, ressassés, métaphoriques, ondulants jusqu’à l’écœurement alternent pour donner voix à chacun des éléments du vivant. La victime et le bourreau, le rat, la...
Ludovic Bablon
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79
Rupture
de Édith Azam
2008
Comment la poésie se fait délire, Artaud le grand malade l’avait déjà montré et Edith Azam se jette à sa trace, éperdument, dans une exploration artistique d’états mentaux - réels ou pas - limites. « Rien que, rien que, rien que parce qu’il faut le vivre, cette lame qui tombe, juste un instant seulement, elle tombe, te coupe à la ligne et t’ouvre jusqu’à toi - » La forme langagière tient lieu et place d’une expérience du corps, et fatalement de l’esprit, aussi insupportable que fascinante : « Blanc silence : Secousse sismique - / Il ne faut pas me détacher de moi - / Il ne faut pas...
Marta Krol
février 2009
Le Matricule des Anges n°100
Vie & opinion de Gottfried Gröll
de Christophe Manon
2017
Le dernier opus de Christophe Manon est un grand éclat de rire (jaune). Son personnage est tout de guingois, dans son corps, dans la pensée et dans la langue. À en perdre les mots. Mon nom est Gröll. Gottfried Gröll. Je penche. » Premier vers d’un triptyque poétique, celui qui emprunte à James Bond son gimmick n’aura de cesse de causer, comme si c’était là tout ce qu’il savait faire, causer en empruntant les mots des autres, en déplaçant, en détournant des expressions, tendre clown blanc jongleur de mots : « gâchis parmentier/ mouche cousue/ blanc comme beige »… Le mille-feuille intertextuel est dense. On s’y perdrait presque. Mais quel enchantement. Manon s’amuse drôlement de Gröll, peut-être même le pousse-t-il un peu de l’index pour qu’il file en éclaireur sur...
Christine Plantec
février 2018
Le Matricule des Anges n°190

Auteurs