La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions GF Flammarion

Ouvrages chroniqués

Les Lauriers sont coupés
de Édouard Dujardin
Les Lauriers sont coupés devient l’emblème de la modernité littéraire. Un livre sur presque rien, mais aux délicates irisations poétiques. On le sait, mais il arrive qu’on l’oublie : l’histoire littéraire se montre parfois facétieuse. 1887. En pleine effervescence symboliste, alors que le vers libre s’emploie à crucifier l’alexandrin et la poésie classique, la Revue indépendante publie en quatre feuilletons le roman de son directeur, Édouard Dujardin, Les Lauriers sont coupés. La publication fait un four : à une époque où le génie fait rage, on juge le livre « curieux », « original », ce qui équivaut à ne rien dire. 1920. Le grand James Joyce recommande à Valery Larbaud la lecture de Les Lauriers sont coupés, roman dont il...
Didier Garcia
janvier 2004
Le Matricule des Anges n°49
Monsieur de Phocas
de Jean Lorrain
Parangon du dandy décadent, M. de Phocas (1901), alias le duc de Fréneuse, est l’un des plus fameux personnages de Jean Lorrain (Paul Duval dit, 1855-1906), écrivain à scandales, éthéromane et plagiaire maintes fois signalé. Proposé dans une édition méticuleuse d’Hélène Zinck, le roman gorgé d’opium et décoré d’émeraudes est une belle pièce de la littérature décadente. Maniant l’équivoque, Lorrain décrit à travers le journal de Phocas la déchéance du jeune duc aux nerfs sensibles, fasciné par le trouble Claudius Éthal qu’il finira par assassiner. « Cet Éthal ! Il souriait comme en extase,...
Éric Dussert
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36