La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Melville éditeur

Ouvrages chroniqués

Le je) de Léna
de Carole Darricarrère
2004
Posséder, sentir, épouser l’intensité d’être, s’enfoncer dans la pulpe noire des soubassements de l’instinct, Carole Darricarrère, qui est née en 1959, à Abidjan, sait. Et assume. « Le poète n’a pas peur de ses émotions, ni de l’affection qui le lie au vivant. Le moi du poète est incontournablement lyrique et exalté, quand bien même il en aurait honte », peut-on lire dans Le (Je de Léna), son quatrième livre après La Tentation du bleu (Farrago, 1999), Tectonique des plaques (Comp’Act, 2001) et Le Sermon sous la langue (Seghers, 2003). Intrigué, nous nous sommes donc précipités sur ce...
Richard Blin
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59
Chroniques imaginaires de la mort vive
de Philippe Annocque
2005
D’une écriture tellement feutrée qu’elle en devient menaçante, Philippe Annocque fouille l’âme d’un village rongé par un mal étrange. Pas étonnant qu’il faille marquer un temps d’hésitation avant de reconnaître Philippe Annocque lorsqu’il pousse la porte du café. Il ne ressemble pas vraiment à la photo imprimée en quatrième de couverture de son premier roman. Tout comme les deux livres dont il est l’auteur ne se ressemblent pas. Leurs thèmes sont éloignés, leurs cadres diamétralement opposés et leurs styles en complet décalage. Une affaire de regard, paru au Seuil en 2001, est l’histoire d’un type qui collectionne les ratages. Une sorte de anti-héros, passif avec les filles, en train de taper sur une vieille machine un...
Lise Beninca
juin 2005
Le Matricule des Anges n°64
Extraits de la vie des scarabées
de Franck André Jamme
2004
On dirait qu’il regarde le monde comme s’il n’était qu’un songe des mots. Franck André Jamme, un poète debout face au vacillement des apparences. La poésie de Franck André Jamme (né en 1947, grand voyageur et spécialiste des arts tantriques et tribaux de l’Inde contemporaine) relève de l’art de filtrer l’eau des jours, de n’en retenir que ce qui est digne d’une écoute. C’est sans doute la raison pour laquelle ses proses, ses poèmes donnent l’impression de s’insinuer si facilement en nous. Une voix qui coule, s’écoule, limpide, légère mais faussement transparente. « C’est/ sans appui que l’on profère./ Tout vient par le ravissement ». Des poèmes qui reflètent le sens mystérieux du simple. « Rien ne semble plus le mystère que le...
Richard Blin
novembre 2004
Le Matricule des Anges n°58
Garder la flamme
de Jeanette Winterson
2005
Parabole sur les histoires, Garder la flamme de Jeanette Winterson est un roman enthousiasmant. Dans l’apparente fraîcheur du discours fantaisiste d’un vieux gardien de phare et d’une jeune fille ensauvagée. Si l’on est jusqu’à présent passé à côté des livres de l’Anglaise Jeanette Winterson cinq volumes depuis 1991 chez Plon, Des Femmes et L’Olivier, Garder la flamme a toutes les caractéristiques du roman qui va changer les choses. Un bouche à oreille se serait-il d’ores et déjà déclenché que nous n’en serions pas étonnés. Fort différent des livres traduits précédemment, Garder la flamme a de quoi attiser la curiosité… après avoir frappé par surprise. Il ne faut pas deux pages à Jeanette Winterson pour cueillir son lecteur et le tenir d’une main sûre. Après deux épigraphes apparemment...
Éric Dussert
avril 2006
Le Matricule des Anges n°72
Mon père s’est perdu au fond du couloir
de Philippe Garnier
2005
Les pères vivent-ils dans un univers parallèle ? En onze courtes scènes, Philippe Garnier campe celui d’un père phobique et obsessionnel autour duquel tournent, comme des satellites attirés par sa lumière et incapables de s’en abstraire, le narrateur et ses frères. Mi-désemparés mi-conquis, ils cèdent à ses manies, y sombrent à leur tour, et lorsqu’ils tentent, épuisés, de se débarrasser de lui en le laissant endormi dans un hôtel isolé, c’est peine perdue. Parce qu’un père, quoi qu’on veuille, c’est pour la vie. Sa vie à lui, c’est d’attendre un appel devant le téléphone débranché ?...
Lise Beninca
septembre 2005
Le Matricule des Anges n°66

Auteurs