La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Piranha éditions

A propos

De l'abattage et du mordant Sans faire de manières, Piranha débarque en force et avec énergie. Spécialisé en littérature étrangère, il souhaite élargir ses champs d’investigation. Carnassier ou poisson-pilote ? D’abord les Piranhas étaient deux : Bernhard Elchlepp, le fondateur allemand de la maison, et Jean-Marc Loubet, éditeur exfiltré du champ des sciences humaines et sociales. Mais bientôt Bernhard Elchelpp, entrepreneur dans le domaine du marketing direct, grand lecteur et homme de culture disparaissait, laissant à son compère le soin de perpétuer son rêve, celui d’une entreprise éditoriale qui ne tienne pas de la danseuse. Son trésor de guerre mis au service de la littérature, les premiers titres paraissaient en septembre 2014, peu de temps avant sa disparition. Il avait d’ores et déjà...
février 2016
Le Matricule des Anges n°170

Ouvrages chroniqués

De rage et de douleur, le monstre
de Terézia Mora
2015
Un homme endeuillé parcourt l’Europe de l’Est pour enterrer les cendres de sa femme suicidée. Entre chant et contre-chant, la Hongroise Terézia Mora compose une puissante épopée du deuil. Cn vivant peut-il vivre avec un mort, son mort ? Une personne peut-elle cesser d’exister alors même qu’elle continue de vivre ? C’est l’histoire d’un vivant qui est un peu mort : Darius Kopp, terré chez lui et dans son chagrin, n’est plus que l’ombre de lui-même – l’homme né en RDA, installé à Berlin, fort de sa réussite professionnelle et de son couple avec Flora que décrivait Terézia Mora dans son précédent roman Der einzige Mann auf dem Kontinent (2009, non traduit). « La première année de notre mariage, résume-t-il a posteriori, nous l’avons pour ainsi dire passée à travers le monde...
Sophie Deltin
octobre 2015
Le Matricule des Anges n°167
En vie
de David Wagner
2016
Journal probablement fictif – du moins l’espère-t-on –, En vie se présente sous forme de 277 fragments successifs mettant en scène de longs séjours hospitaliers. « Monsieur W » est en effet atteint d’« hépatite auto-immune chronique agressive ». Son œsophage lui fait vomir du sang, son foie n’est pas loin de l’agonie. Il faudra attendre la seconde moitié du volume (« Incipit vita nova ») pour que l’on puisse lui greffer un foie compatible. Tout cela repose visiblement sur une documentation scientifique impeccable et jamais pesante. Mais loin de se limiter à l’aspect clinique, le récit...
Thierry Guinhut
octobre 2016
Le Matricule des Anges n°177
Etoiles rouges
de Patrice Lajoye , Viktoriya Lajoye
2017
Il est toujours fascinant de partir à la découverte d’un continent inexploré, surtout dans un bon fauteuil, une boisson chaude à portée de main. Cette histoire de la science-fiction soviétique, unique en son genre, vaut son pesant de caviar et l’on en apprend de vertes, à commencer qu’il y eut bel et bien une science-fiction soviétique. Certes, on le savait déjà par Jacques Bergier et quelques autres qui firent en leur temps œuvre de pionniers, mais on était loin de soupçonner toute la richesse d’une littérature dont le développement, à partir de la source utopique commune à tout le...
Yann Fastier
janvier 2018
Le Matricule des Anges n°189
Frankenstein à Bagdad
de Ahmed Saadawi
2016
Plébiscité par les lettrés du monde arabe, le roman politico-fantastique d’Ahmed Saadawi dévoile la folle réalité irakienne. Poète, essayiste et producteur de films documentaires bagdadien né en 1973, Ahmed Saadawi était à Paris il y a quelques jours à proximité de l’ancien cimetière des Innocents, sur une place épargnée par la trépidation du monde. La place est flanquée par la vitrine du magasin Aurouze, maison spécialisée dans la « Destruction des animaux nuisibles », où des rats qui ont fait les frais sont exposés pendus par le col. Ahmed Saawadi y voit une illustration du sort réservé au peuple irakien et rend la chose intelligible en se prenant dans un geste vif la gorge à deux mains, langue pendante. La...
Éric Dussert
novembre 2016
Le Matricule des Anges n°178
Iles
de Albert Alberts
2015
L’inquiétante étrangeté du quotidien dans les Indes néerlandaises, par Albert Alberts. Il est rare de s’immerger dans un recueil de nouvelles aussi fermement charpenté que celui que le Hollandais Albert Alberts publiait en 1952. On y navigue en pleine époque coloniale dans des îles des mers du Sud où des administrateurs civils régentaient plus ou moins la vie autochtone et le transfert des productions locales. Plus précisément, ce sont onze récits d’une sobriété exemplaire – ces nouvelles ont l’élégance de bijoux taillés d’une pièce – qui retracent le passage d’individus entre leur arrivée incertaine sur une île inconnue et le retour en terre grise de Hollande où la...
juin 2015
Le Matricule des Anges n°164
Le Labyrinthe d’une vie
de Adam Foulds
2017
Adam Foulds redonne vie au grand poète romantique anglais, enfermé durant vingt-huit ans dans un hôpital psychiatrique. Comme Jean-Pierre Ohl mettait en scène le grand Dickens dans son récent Chemin du diable (Gallimard, 2017), l’Anglais Adam Foulds propose un aperçu romancé des existences de deux poètes majeurs britanniques, Alfred Tennyson et John Clare. Si le premier (1809-1872), auteur du chef-d’œuvre In memoriam A.H.H. en hommage à son ami poète disparu Arthur Hallam, connut la célébrité et devint le poète lauréat de la Reine en 1850, le second, John Clare (1793-1864), est à peu près ignoré de notre côté de la Manche. Surnommé le poète paysan, créateur considéré comme l’un des plus brillants du...
Éric Dussert
septembre 2017
Le Matricule des Anges n°186

Auteurs