La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Jérôme Goude

Articles

L'écume des âges Dans Un lac immense et blanc, une femme, entichée de l’écrivain Giorgio Bassani et de films néoréalistes italiens, laisse affleurer ses souvenirs. Michèle Lesbre donne corps à une mémoire sensible. Tôt le matin, avant de traverser le Jardin des Plantes pour s’enfermer dans un bureau, Edith Arnaud s’accoude au comptoir du Café lunaire. Là où, chaque mercredi, elle guette la discussion du serveur et de l’homme du train de 8h15, tous deux natifs de Ferrare, ville italienne située en Émilie-Romagne. Or, quand commence Un lac immense et blanc, décor et habitudes sont comme chamboulés. Edith Arnaud a pris un jour de congé et se rend à la gare d’Austerlitz dans l’espoir d’évoquer, avec celui qu’elle surnomme l’Italien, Ferrare, le delta du Pô, alors même qu’ils n’ont jamais échangé ne...
mai 2011
Le Matricule des Anges n°123

Les Liaisons ferroviaires

de Jean-Pierre Martin

Les Liaisons ferroviaires de Jean-Pierre Martin

Dans la voiture 16 du TGV 9864 Nice-Bruxelles, Étienne Montgolfier, adepte d’une approche éthologique des comportements sexuels, observe les micro-stratégies libidinales d’un échantillon de séducteurs de tout poil. Un voyage à 300 km/h à bord d’une « grande écurie ferroviaire », avec ses allées et venues, ses arrêts en gare et son équipage engageant, voire égrillard, est l’occasion rêvée de...
mars 2011
Le Matricule des Anges n°121

Le galérien sans qualités

Philosophe de l’impensable, mythographe du réel, l’écrivain hongrois, prix Nobel 2002, construit une œuvre dont la visée est l’avènement de l’Holocauste comme culture. Naviguant entre introspection et contemplation, Journal de galère en dévoile les fondations théorico-littéraires. En 1975, grâce au concours de l’essayiste Pal Réz, Imre Kertész publie Sorstalanság, premier roman dont le titre hongrois signifie « absence de destin » et qui, en français, deviendra Etre sans destin (Actes Sud, 1998). Avec cette œuvre atonale et radicale, il pose les bases d’une approche de l’expérience concentrationnaire qui ne souffre d’« aucune morale statique ». Tout en échappant à la...
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118

Trois hommes dans un jardin

de Xavier Girard

Impressions de Giverny

Au moment où des hommes périssent dans les tranchées, Henri Matisse et Albert Marquet se rendent en Normandie, chez Claude Monet. Nul n’a jamais vraiment su pourquoi. A Paris, jusqu’au 24 janvier 2011, le Grand Palais crée l’événement à travers une vaste rétrospective Monet. Près de deux cents œuvres exposées dont Le Déjeuner, une série de Meules et de Nymphéas, etc. C’est dire combien Trois hommes dans un jardin tombe à point nommé. Conservateur de musée, historien d’art, essayiste et auteur de nombreux ouvrages consacrés à Matisse, Xavier Girard nous...
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118

Failles

de Yanick Lahens

Élégie pour Haïti

Débordant les limites du cadre d’un simple reportage littéraire sur un séisme assassin, Failles entonne un chant de deuil, d’amour et de résistance. Digne et poignant. Failles compte parmi ces récits qui font de tout commentaire hâtif une offense et imposent le silence. Un silence intenable, si difficile à rompre que nous aurons d’emblée la faiblesse de nous imaginer là-bas, dans l’un des nombreux camps de réfugiés de Port-au-Prince, entièrement absorbés par la voix de Yanick Lahens : « Le 12 janvier 2010 à 16 heures 53 minutes, dans un crépuscule qui...
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118