La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Marta Krol

Message Envoyer un message

Articles

Je suis ce que je vois, notes sur la peinture et le dessin (2006-2011)

de Alexandre Hollan
Attendre voir Issu d’un humble retour à soi et d’un élan vers le dehors, le travail d’Alexandre Hollan se confond à la vraie vie fragilement retrouvée par la peinture. Un bref escalier de bois poli nous conduit depuis les pavés de Mouffetard à un couloir sombre. Une porte se laisse repérer grâce à un de morceau de papier sur quoi on a marqué : HOLLAN. L’impression d’arriver à une cachette, que la recherche de « vastitude » du peintre qui habite là n’annonçait guère. Alexandre Hollan est bien celui dont les tableaux et les dessins, accompagnés d’écrits, ne cessent depuis des dizaines d’années de remuer dans le grand air du Midi, de prodiguer lumière et mouvement, plongeant le spectateur dans un espace vivant. Chênes, d’abord ; chacune des expositions...
juillet 2013
Le Matricule des Anges n°145

Le Livre des recels

de Marie Étienne

Les Yeux fermés : Les Variations Bergman

de Marie Étienne

Haute Lice

de Marie Étienne

Archéologie de soi

Le Livre des recels montre la dynamique à l’œuvre dans la poétique de Marie Etienne, comme l’évolution de ses mythes fondateurs. Si la reprise du même n’est pas (que) répétition, c’est parce que dans la répétition se joue, aussi ou surtout, la différance : à savoir l’écart, la distance entre soi et soi. C’est cet écart derridien que Marie Etienne semble chercher à explorer, et exploiter, dans Le Livre des recels, et qu’elle paraît commenter avec humour dans Haute lice : « mettre à nouveau la main sur soi c’est...
mars 2011
Le Matricule des Anges n°121

Marin mon coeur

de Eugène Savitzkaya

Marin mon coeur de Eugène Savitzkaya

Paru en 1992, le texte s’annonce comme un « roman en mille chapitres dont les neuf dixièmes sont perdus ». Roman, sinon épopée : celle de la rencontre entre le monde et un être humain à « l’étrangeté de l’axolotl en dépit de sa forme indéniablement familière » qui y affleure, le fils aîné du poète, nommé Marin. Marin le nain, « cher éléphant sauvage », « le doux Marin chinois », « prodigieux...
octobre 2010
Le Matricule des Anges n°117

Poésie et création

de Roberto Juarroz

En quête de l’être

Sceptique en même temps que brûlant, précis sans fuir l’abstraction, décalé en toute indifférence, Roberto Juarroz parle. Je parle d’expériences très quotidiennes comme traverser la rue ou regarder des reflets dans l’ombre d’un arbre ou sur un mur. Cet être avec m’a sauvé, sans que je sache trop à quoi je le dois. » à cet aveu d’une perplexe sincérité se réduit, à peu de chose près, la dimension biographique de la série d’entretiens avec le poète argentin (mort en 1995 et dont plusieurs traductions sont parus à...
juillet 2010
Le Matricule des Anges n°115

Le Don de vorace

de Félix Francisco Casanova

Le don de vorace

De ce premier roman de Félix Francisco Casanova, on ne peut que regretter qu’il soit aussi le dernier. Mort en 1974 à l’âge de 18 ans, « de fuite de gaz » comme l’annonce pudiquement l’éditeur, il avait écrit son livre un an avant, en toute vitesse. Son héros, Bernardo Vorace, est un poète qui ne cesse de se suicider, sans que ce projet relève d’un manque de confiance en lui-même : « Je sais...
juin 2010
Le Matricule des Anges n°114