La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Événement & Grand Fonds

Les articles

Romans et poèmes

de Jean Genet
L'ennemi solitaire Entre 1942 et 1948, jean Genet, régulièrement emprisonné, s’invente, dans ses romans et poèmes, un univers : mythologique, fantasmatique et pornographique. Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou/ Que ma main plus légère et grave qu’une veuve/ Effleure sous mon col, sans que ton cœur s’émeuve,/ Laisse tes dents poser leur sourire de loup. » Ces vers, chantés par Hélène Martin, Marc Ogeret ou, plus récemment, Étienne Daho ou Les Têtes raides furent, pour certains, la porte d’entrée dans l’univers, si autre, de Jean Genet. Un condamné à mort, dans sa cellule, attend son exécution et s’adresse à ceux qu’il aima ou rêva d’aimer. Fantômes et fantasmes accourent, et les murs de la prison s’ouvrent alors sur d’autres horizons, enchantés,...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Au loin le ciel du Sud

de Joseph Andras

Ainsi nous leur faisons la guerre

de Joseph Andras

À tous les invisibles

Arrachés au silence et à l’oubli, deux récits de Joseph Andras à la mémoire des révoltés, et de tous les sacrifiés à l’autel de l’« ordre des choses ». Deux petits livres paraissent ces jours-ci chez Actes Sud, signés du même auteur. Une sortie simultanée – la pratique n’est pas courante – pour deux textes courts à la radicalité incisive et impeccablement documentés, à lire conjointement pour que s’en déploie toute la cohérence – politique – et le vertige – poétique. Dans l’un, Au loin le ciel du Sud, retour dans le Paris des années 1920,...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Sang et stupre au lycée

de Kathy Acker

Hard corps

La réédition d’une des premières œuvres de Kathy Acker, Sang et stupre au lycée, nous offre une expérience de lecture rare et éprouvante, une odyssée psychédélique et violente. Ce livre non seulement fait l’apologie des relations sexuelles avec des enfants et de l’inceste (…) non seulement glorifie la fellation, le cunnilingus et la sodomie, mais renvoie également une image positive d’actes sexuels déviants et pathologiques. L’excitation sexuelle est renforcée par les pratiques sadomasochistes. (…) Les éléments stylistiques ne rehaussent pas le niveau du livre pour...
mars 2021
Le Matricule des Anges n°221

Orwell, à sa guise : vie et l’œuvre d’un esprit libre

de George Woodcock

Œuvres

de George Orwell

Le sens du combat

Un fort volume de la Pléiade et un essai biographique redonnent à George Orwell la place qu’il mérite, celle d’un écrivain qui toujours mit son art au service de sa conscience politique, alerte et alertée. En 1922, un homme nommé Eric Blair, âgé de 18 ans à peine, débarque à Mandalay, en Birmanie. Issu de la « classe moyenne naufragée », comme il l’écrira plus tard, il est passé par Eton, public school pour l’élite, mais vient de s’engager dans la Police indienne impériale. Il demeure pendant cinq ans assistant superintendant of police dans divers postes reculés. Fin 1936, le même homme, devenu...
janvier 2021
Le Matricule des Anges n°219

Les Cabanes du narrateur. Œuvres choisies

de Peter Handke

Un balbutiement qui a envie de devenir clarté

Entre épopée de la sensation et esthétique de l’épiphanie, la langue de Peter Handke, prix Nobel 2019, donne corps à la matière du monde et au sentiment d’exister. Il est une remarque de Cioran que Peter Handke ne saurait désavouer : « La valeur intrinsèque d’un livre ne dépend pas de l’importance du sujet (sans quoi les théologiens l’emporteraient, et de loin), mais de la manière d’aborder l’accidentel et l’insignifiant. » Car s’il est un écrivain que captive ce qui échappe à l’attention de chacun, mais que tout le monde peut voir, c’est bien Handke....
novembre 2020
Le Matricule des Anges n°218