La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Une bonne blague

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Alex Besnainou

La Vie est une blague

Si un lecteur de La Vie est une blague de Stephen Dixon rencontrait un autre lecteur du même, le dialogue qui s’en suivrait risquerait fort de ressembler à quelque chose comme seuls deux initiés seraient capable d’en échanger, œil brillant à l’appui et sous-entendus lourds de sens. C’est que Stephen Dixon est un maître es nouvelles, créateur d’un monde à lui soumis à ses propres règles de fonctionnement. Pourtant il n’eût pas fallu grand-chose pour qu’il ne soit qu’un de ces nouvellistes américains de plus, bourré de talent et capable d’inciser la société de là-bas pour en ressortir le substantifique reflet. Mais voilà, notre bonhomme a une dimension supplémentaire et pas des moindres puisque, non content d’être d’une finesse remarquable quant à l’observation de ses semblables et des motivations qui les animent, Dixon n’hésite pas à franchir la limite de la réalité pour donner vie au final à une vérité plus juste encore. La première nouvelle de ce recueil donne le ton, c’est juste l’histoire d’une lettre de rupture qu’un homme lit et relit après l’avoir déchirée. Mais le texte de la lettre n’est jamais le même. Il se continue, se recoupe et forme le texte jamais écrit réellement.
Un peu plus loin, dans un autre récit, un couple bat de l’aile. Plus que sérieusement. La femme décide alors de faire appel à la déesse Circé pour un philtre d’amour, enfin c’est ce qu’elle dit à son bonhomme tout déprimé, lequel n’est pas dupe mais joue néanmoins le jeu. Et voilà que nos deux adversaires se mettent petit à petit à être complices et heureux à nouveau. Jolie histoire mais naïve si elle s’arrêtait là. Justement, elle n’est pas terminée : aprés quelques années de bonheur, notre héroïne tombe gravement malade. Son homme appelle en rêve Circé qui lui dit ce qu’il faut faire pour la sauver. Il le fait et elle meurt. Ne cherchez pas la moralité, il n’y en a pas. C’est juste que la vie est une blague comme a été si bien traduit le titre original The Play par Christine Rimoldi. Une plaisanterie terriblement drôle par moments et salement amère à d’autres. Exactement comme le style de Dixon, manieur émérite de langage, de personnages farfelus et de regards terriblement humains. « Il n’y a que quelque chose de nouveau qui puisse m’intéresser » dit un des héros. On serait tenter de lui répondre : lis le recueil de Stephen Dixon.

La Vie est une blague
Stephen Dixon

Traduit de l’américain
par Christine Rimoldi
10/18
251 pages, 44 FF

Une bonne blague Par Alex Besnainou
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4,00 €