La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Maître et élèves

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Maïa Bouteillet

40 ans, Tchekhov, auteur célèbre et fatigué, victime de toux de plus en plus violentes, ne cache plus son dégoût du théâtre après l’échec de La Mouette. De huit ans son cadet, Gorki, vagabond débordant et impétieux, n’a pas encore écrit Les Bas-Fonds et c’est en élève, avide de la parole du maître, qu’il s’adresse à son aîné. Au début du siècle, entre Yalta et Nijni, ils échangeront une volumineuse correspondance que seule la mort de Tchekhov, quatre ans plus tard, interrompra.
Au coeur des débats : la littérature, le théâtre et la Russie. Devant cet immense empire misérable et à bout de souffle, à l’aube de la première révolution, Tchekhov, qui exerça comme médecin avant de choisir définitivement la plume, conçoit l’écriture comme une véritable mission. « Quand nous aurons montré l’homme à lui-même tel qu’il est, croyez-moi, il deviendra meilleur, tout simplement. » Compassion à laquelle semble répondre une violente lettre de Gorki à ses admirateurs, publiée dans le journal d’époque : « Vous, vous cherchez quelque chose pour alimenter la conversation, pour distraire les invités… Mais moi, moi ce que je veux c’est créer au moins une petite illusion qui élève l’âme, qui embellisse la vie ! Quelles belles et bonnes actions songez-vous à accomplir sous l’effet de mes récits ? Votre âme reste molle et tiède comme un ÉDREDON ! »
Évelyne Loew a opéré des coupes franches dans la masse pour extraire l’essentiel de cette relation épistolaire. En quelques pages, elle parvient à restituer une belle fraternité d’auteurs, si différents de vécus et de styles, mais pourtant unis dans une même conscience au monde, à la charnière du siècle. L’hommage leur redonne vie.

Maïa Bouteillet

Gorki-Tchekhov 1900
Evelyne Loew
Actes Sud-Papiers, 45 pages, 55 FF

Maître et élèves Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4,00 €