La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Salon de beauté

septembre 2000 | Le Matricule des Anges n°32 | par Jacques Goulet

Salon de beauté

Avec les gains tirés de la vente de son corps à des messieurs, un jeune homme fonde un salon de beauté pour femmes. Mais, en quelques années, tout change. La clientèle a vieilli. Et, un jour, un ami malade vient lui demander asile ; il sera hébergé dans ce salon curieusement décoré de nombreux aquariums, et on le soignera. En vain. Ce court récit poursuit un parallèle entre les poissons et les malades. Les espèces et les générations de poissons se succèdent. Pendant ce temps, des malades se présentent plus nombreux. Le maître des lieux sera atteint de cette maladie alors incurable. Son établissement devient un mouroir aux règles inhumaines. Voilà un des livres les plus remarquables inspirés par le sida. Plus distancié que la plupart des ouvrages consacrés à cette maladie. Simple mais énigmatique. On pense à Mourir, de Schnitzler. Alors que, dans le récit de l’Autrichien, c’est un couple qui est confronté à l’échéance de la maladie du mari (tuberculose), ici, c’est toute la société, les familles, absentes, et surtout l’individu, plus seul que jamais.

Stock
Traduit de l’espagnol
(Mexique)
par André Gabastou
86 pages, 70 FF

Salon de beauté Par Jacques Goulet
Le Matricule des Anges n°32 , septembre 2000.
LMDA PDF n°32
4.00 €