La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Un homme façade

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Laurence Cazaux

Une ombre, une pièce grave et belle sur un homme qui devient mur pour faire face à la mort. Emmanuel Darley nous immobilise, debouts.

Je suis un mur. Je suis façade, je suis immeuble. Quelques blocs de pierres ajustées, du ciment, du crépi.«  Ainsi commence le monologue d’Antoine, un homme qui a choisi de devenir mur. Et de revendiquer toute l’importance de sa fonction  : »Je suis le mur, je fais corps avec lui et je le fais bien, c’est là mon rôle, ma charge, j’aime le travail fait dans les règles, ne laissant rien au hasard, j’aime être dans ma fonction au-dessus de tout reproche, sans tache. Je suis comme une poutre, une charpente, un mur porteur. Je suis un de ces fers empêchant les écarts, l’affaissement progressif. Je suis témoin, plaque de ciment, que l’on vient observer, surveiller, avec une date, un jour, un mois, un an.« 
Bien sûr l’image du mendiant, du clochard est là, omniprésente, avec toute sa déchéance, sa misère, mais la force du texte d’Emmanuel Darley, c’est de nous donner à entendre celui qui arrête tout, devient immobile et se confronte à la mort, au deuil, à la perte. L’homme cherche à disparaître, devenir invisible, »être celui qui n’attend rien, qu’on a posé là pour longtemps et qui se contente de ça« . Toute sa vie défile, par petits bouts, obsessionnels. Dans ce récit, Antoine nous livre des bribes de son emploi du temps minutieux de mur, mais aussi les  »résidus d’avant« , les souvenirs, l’enfance, le père garde-barrière, cette barrière qui déjà empêche l’accès au monde. Puis sa fuite pour parcourir les routes d’où il ramène tout un cortège d’enfants, »toute une bande, des éclopés, des aveugles, des muets, des nains et des difformes venus d’on ne sait quoi… des va-nu-pieds mais souriants, souriants avec ça, prêt à tout pour me suivre, pour enfin voir l’orée, là-bas« . Il raconte comment la lassitude l’a envahi, peut-être à cause du temps  »coulé« . Il raconte surtout sa sœur-momie, morte depuis longtemps et qu’il veille dans son lit car il ne peut se résoudre à sa mort. »Je préfère l’avoir près de moi, rassurante, je vais la voir, la consoler, je m’accroupis près d’elle, je me penche tout contre elle, je lui parle, je lui dis mes journées…« . Et quand les services sociaux emportent son cadavre, Antoine part à la recherche d’un autre mur…
La langue d’Emmanuel Darley à la fois précise et décalée, amène l’étrange et produit tout un flot d’images. Cette langue raconte tout en gardant la part d’obscur, de mystère, d’invisible. Et c’est en cela qu’elle nous interroge, il y a toujours un secret à percer… Elle nous parle dans notre chair, jusque dans l’ouverture d’une boîte aux lettres  : »J’ai une boîte aux lettres comme les autres, avec une clef pour l’ouvrir, parfois je l’ouvre mais c’est sans crainte, des réclames, en veux-tu, en voilà. De la viande sanguinolente, bien présentée. Rien à lire. Du vent, pas d’avantage«  Cette viande sanguinolente de prospectus, c’est comme une image de nous-même ; la chair s’abîme, l’homme se vide, l’ombre grandit.
La pièce d’Emmanuel Darley est grave mais jamais noire. Antoine confie :  »Je reste immobile, debout, droit sur mes jambes, là où je pourrais, s’il le fallait, être à genoux, à genoux sur le sol, à prier, à mendier. C’est un choix". Une belle métaphore de tout le dérisoire et pourtant de la beauté de notre humanité.
Cet écrivain de 37 ans a déjà publié deux romans, Des petits Garçons (P.O.L), et Un Gâchis (Verdier), une première pièce Badier Grégoire (Théâtre Ouvert). Pas Bouger (Domens) et Plus d’école, une pièce pour enfants ont été mises en scène par Jean-Marc Bourg.

Une ombre
Emmanuel Darley

Théâtre Ouvert
46 pages, 60 FF

Un homme façade Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €