La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Premiers romans Inventaire d’une perte

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Philippe Savary

En traçant le portrait pitoyable et burlesque d’un guichetier, Samuel Zajde met en pièces notre société gangrenée par le libéralisme galopant.

Loin des maîtres du monde de la Nouvelle économie, Samuel Zajde, 27 ans, explore l’univers de l’entreprise dans ce qu’elle a de plus prosaïque avec une ironie aussi légère que fantaisiste. Car de l’humour, il y en a dans ce roman au ton joyeusement clinique. Cela tient à la personnalité du narrateur, cousin germain de ceux de Régis Jauffret (Clémence Picot, Verticales), autres psychopathes ordinaires rongés par l’ennui, la dépression et la folie.
À première vue, c’est un mec détestable, antipathique, froid, col blanc et cravate en lin, aussi gai qu’un plan comptable. Le jour, il reçoit les clients. La nuit, il fait des rêves fiduciaires, récite les circulaires, perfectionne son apparence. Aucune distraction : « ainsi dorment les hommes au profil d’entreprise, comme des cadavres ». Parfait clone du capital circulant, ce dévoué serviteur du tertiaire triomphant n’a qu’une religion : sa banque. Virtuose de la transaction, notre narrateur est au guichet 2, c’est-à-dire au rez-de-chaussée de la promotion sociale, mais avec la carnassière ambition de prendre le fauteuil du premier guichetier puisqu’il compte suffisamment d’avance sur le troisième comptoir. Être le meilleur, donc. « Un aigle », dans son domaine. Jusque-là tout est parfait dans le meilleur des mondes des ronds-de-cuir si un vilain grain ne venait gripper la belle mécanique : un étourdissement, une baisse de régime et le voilà mis à pied par la hiérarchie pour se refaire une santé. Ou plutôt une thérapie : car son honneur offensé, l’employé décide de se nettoyer l’esprit pour que les calculs, les dividendes, les produits financiers reprennent enfin dignement leur place, dans ce corps pris en défaut. En langage informatique, cela s’appelle reconstruire le bureau. Ce sera un désastre et le commencement de la fin.
Avec Samuel Zajde, le dérapage devient incontrôlé. Obsédé par la propreté, terrorisé par le corps, traquant les bactéries tel un furieux entomologiste, notre employé modèle s’enfonce doucement dans les eaux troubles de la névrose, sous prétexte de parfaire « son hygiène cérébrale », de « stériliser une bonne fois l’intérieur ». Monomaniaque farfelu (il se tient informé de tous les maux de la planète), automate désespérant, il range ses organes comme il rangeait ses classeurs, avec une infinie précaution : « Je préviens, j’ausculte, je tiens l’inventaire des grains de beauté, je palpe les testicules mensuellement à la recherche des nodules. » Terrifié par toute forme humaine, toujours médiocre et avilissante, il ne fréquente que les restaurants vides, avec une prédilection pour ceux qui mettent à la carte des steaks texans servis par des filles en couettes et un « tenancier costumé en Apache ».
Victime d’une violence qui dit trop son nom (le totalitarisme social), le quotidien du guichetier en congé n’est en fait qu’une « jolie machine à mâcher la gomme des minutes ». Autrement dit, il s’emmerde royalement, et en bon pervers, sait faire partager son sens du dégoût. Ainsi, sa vie conjugale est devenue une tragédie muette au point que son seul confident est un primate empaillé dans un Muséum de sciences naturelles. Et comme l’auteur n’est pas non plus un saint, il lui colle une jeune libraire amoureuse (seulement) de sa poésie -en fait un vieux manuscrit qu’il renie évidemment (« voilà où ça mène la poésie, on devient un lyrique, le cerveau plein de chiendent »)- soldant tout espoir de sauvetage. Caricatural à souhait (le banquier est aussi humain qu’un ordinateur, les émotions et les sentiments n’ont aucune valeur marchande, la littérature comme espace de résistance…), ce livre sans prétention est pétri de bons mots et d’une humeur revigorante.

Guichet 2
Samuel Zajde

Hors Commerce
180 pages, 80 FF

Inventaire d’une perte Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €