La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Perdus dans la forêt

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Delphine Désveaux

La Forêt de six mois d’hiver

L’automne arrive, seuil de cette sinistre forêt de six mois d’hiver. Sinistre notamment pour les Scorpion du 3e décan. Ainsi de Blaise et d’Astrid que tout semble accabler. Persuadée qu’elle est « la femme des premières fois sans suite », Astrid a été violée à 13 ans par un homme qui se révèlera être son oncle, le deuxième fils de sa grand-mère Hélène dont elle recherche la tombe. En peu de temps, Astrid perd à la fois son travail, son appartement et sa fille reçue à l’ENA. Elle part aider Erika qui possède un hôtel restaurant en Suisse.
Blaise prend des photos pour un artiste. Sa compagne Nancy, parce qu’elle est enceinte, vient de le quitter. Sa fille, enceinte également, s’installe chez lui. Il part habiter chez Oscar, dont la femme manque aux principes élémentaires de fidélité.
Rien n’est simple dans les romans de Bruno Bayen.
Un jour, lors d’un enterrement à Nancy, Blaise se trompe de cimetière et croise Astrid. Le lendemain, ils se retrouvent à la gare, passent la nuit ensemble avant de repartir chacun de son côté. Amour à distance. Téléphone. Lettres. Malentendus. Quiproquos. Contretemps. Complications. Égarements. Forêt du titre, forêt des sentiments. Déracinés, Astrid et Blaise s’engagent dans une sorte d’errance à la poursuite d’eux-mêmes. D’autres spécimens se greffent à l’histoire, qui gagne en densité. Autant le dire : la lecture requiert une attention soutenue.
À l’image de ses personnages atypiques, Bruno Bayen aime à dérouter, d’autant que son style travaillé, broussailleux, elliptique, étend ses phrases et fouette des êtres solitaires. Avec originalité, cet homme de théâtre reconnu coud des patchworks de vies dont il emmêle nerveusement les fils, passant du coq à l’âne, usant des homonymies et abusant des anacoluthes. Se déroule alors une histoire absconse où s’enchevêtrent les hasards, les situations burlesques et les imbroglios intérieurs.

La Forêt de six mois d’hiver
Bruno Bayen

Mercure de France
225 pages, 115 FF

Perdus dans la forêt Par Delphine Désveaux
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4,00 €