La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Sion et lumière

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Eric Naulleau

Enfin comme tout le monde

Le 10 novembre 1983 fut l’occasion d’une remarquable coïncidence. En ce même jour passèrent de vie à trépas Leonid Brejnev, président en exercice de l’Union soviétique, et Sacha Sagalnik, célèbre disident russe déjà passé à l’ouest depuis quelque temps. Unis dans la mort, ces deux hommes se distinguent cependant l’un de l’autre sur un point essentiel : si le premier figure bel et bien dans tous les livres d’histoire, le second n’eut jamais d’autre réalité que dans l’imagination de David Markish (né en 1938), déjà remarqué avec Souvenirs d’un fossoyeur (Noir sur Blanc, 1995). À partir de ce coup du sort imaginaire, l’auteur exécute à grands traits un tableau du pays des Soviets -depuis les années de stagnation jusqu’à l’avènement du tsar Boris- dont l’originalité tient à ce qu’il s’irise des couleurs d’un prisme juif. Pensionnaires d’un hospice ou petits malfrats, trafiquants de meubles anciens ou fonctionnaires du KGB, tous les lointains fils d’Israël qui tiennent ici les premiers rôles ne se posent qu’une question à travers les péripéties de leur vie personnelle ou de l’histoire en marche : partir ou ne pas partir « là-bas » ? Là-bas, en terre de Sion, où les attendent « la mer chaude, la plage propre, la maison dans un jardin d’orangers et le rocking-chair sous la véranda. »
À une trame policière plutôt lâche -un trafic de titres de propriété palestiniens- David Markish mêle une intrigue politique et une attachante évocation de la société russo-juive, le tout finement saupoudré d’un humour inimitable, dont cet aperçu du philosémitisme post mortem chez le Russe moyen peut donner quelque idée : « Le Russe n’accorde aucune attention à son voisinage dans le sommeil éternel, pour lui la mort est réconciliatrice et égalisatrice. Reste là si tu veux, sale gueule de youpin, grand bien te fasse. »

Enfin comme tout le monde
David Markish
Traduit du russe
par Wladimir Berelowitch
Noir sur Blanc
320 pages, 129 FF

Sion et lumière Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €