La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Femme posée la nuit

avril 2001 | Le Matricule des Anges n°34 | par Jacques Goulet

Une femme des gecekondu

Dans une banlieue pauvre d’Istanbul, une jeune femme semble près de succomber sous le poids de l’oppression de son mari conjuguée à celle de la société turque. Sa vitalité la pousse à tenir un journal qu’elle destine à ceux qui, n’étant pas du même pays, ou pas du même milieu, ne sauraient imaginer la dureté d’une telle existence.
Nalan Türkeli nous décrit méthodiquement sa vie. On apprendra qu’elle fume et ne peut pas renoncer à ce petit plaisir solitaire et, beaucoup plus loin, qu’elle crache du sang.
En fait, toute sa situation personnelle s’inscrit dans un contexte de croissance d’une économie balbutiante et de luttes féroces entre laïques et islamistes.
À trente-cinq ans, Nalan vit avec son mari et ses deux garçons dans une modeste bâtisse édifiée clandestinement à la va-vite, sans confort. On appelle ces constructions des gecekondu (« posés la nuit »).
Elle a de petits boulots, elle rêve d’une autre vie et pourtant elle s’attache à ce qu’elle fait dans l’instant, surtout quand c’est pour les autres. Face à son mari, chômeur et joueur, le mépris se mêle de tendresse, mais il n’y entre plus le moindre désir, tout rapport est une concession faite de guerre lasse. Devant ses fils, elle souffre de ne pas avoir de réel pouvoir d’éducation. Cette femme a une désespérante conscience des manques de son éducation et une horreur de son statut dans une société machiste.
Jusqu’à la religion : croyante malgré tout, elle aspire à une vie meilleure et porte en elle une part de révolte.
L’intérêt de ce témoignage diminue hélas ! lorsque l’auteur veut expliquer les causes de ce malheur, son discours politique, qui n’est pas sans fondement, reste d’une irritante banalité.

Une femme des gecekondu
Nalan Türkeli
Traduit du turc
par Oya Delahaye
Éditions du Toit -192 pages, 85 FF

Femme posée la nuit Par Jacques Goulet
Le Matricule des Anges n°34 , avril 2001.
LMDA PDF n°34
4.00 €