La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Pinocchio retraduit par Morel

avril 2001 | Le Matricule des Anges n°34 | par Éric Dussert

Figure classique du garnement cabochard, le personnage de Pinocchio n’est pas celui que l’on croit. Il est enfin démasqué par une traduction rénovante.

Pinocchio

On savait Pinocchio menteur, il avançait masqué. Tandis que le néo-situationniste Michel Bounan ou Paul Auster en émaillent à l’occasion leurs propos, ce grand texte du patrimoine littéraire du XIXe siècle réclamait une relecture. C’est à Jean-Paul Morel qu’on la devra. Critique littéraire (Le Matin de Paris, À Suivre, Le Magazine littéraire) et éditeur (ex-maison Séguier), ce journaliste né en 1943 est un féru de cinéma et d’histoire littéraire. Ses publications ont éclairé les figures d’Élie Faure, Henry Poulaille, Félix Fénéon ou Ambroise Vollard (une biographie est en cours). Sa traduction du chef-d’œuvre de Carlo Collodi n’est pas son coup d’essai en la matière. En 1970, il signait la version française des Fioretti de Jean XXII et plus récemment L’Usine aux images de Canudo et Le Carré dynamique d’Eisenstein, Les Mystères de Florence de Carlo Lorenzini (Joëlle Losfeld, mars 2001). C’est un Pinocchio nouveau qu’il sert avec des illustrations insolentes et dramatiques de Jean-Marc Rochette. Enquête sur les vertus d’un livre qu’on croyait avoir lu.

Pourquoi traduire à nouveau Pinocchio ?
Nous ne disposions jusqu’à ce jour que d’une version très édulcorée du texte d’origine due à une pseudo comtesse de Gencé (de son vrai nom Marie-Louise Pouyollon, née Blondeau) : Les Aventures de Pinokio [sic] (Albin Michel, 1912), curieusement suivie, à quelques maigres retouches près, par tous les autres éditeurs. Or, si ladite comtesse avait une relative maîtrise de la langue italienne, elle ignorait tout du toscan, et en particulier du vernaculaire florentin que l’on retrouve dans tous les dialogues entre les personnages. D’où franches coupes et variations fantaisistes. Il s’agissait ensuite de restaurer l’image de son héros, malmené non seulement dans le texte (ne parlons même pas des versions condensées et totalement réécrites), mais aussi dans ses adaptations cinématographiques -Walt Disney pour ne pas le nommer. La chance, si l’on peut dire, est venue au secours de ce qui était pour moi un rêve de longue date. D’abord le film de Luigi Commencini, superbe feuilleton réalisé pour la télévision italienne en 1972, diffusé en France par l’ORTF, qui donnait un tout autre son de cloche. Puis une édition critique italienne -puisque en Italie aussi le texte avait subi des modifications-, à l’initiative du chercheur florentin Fernando Tempesti qui a confronté feuilleton, texte publié en volume et manuscrit original.
On connaît mal Collodi, qui fut aussi traducteur des Contes de Perrault…
À réhabiliter lui aussi ! Carlo Lorenzini, alias Collodi (1826-1890), est classé en France, hélas aussi dans son pays, comme un simple écrivain pour enfants. Pinocchio a bien été publié d’abord en feuilleton (1881-1883) dans Il Giornale dei Bambini, le premier journal italien pour enfants dont il fut le rédacteur en chef. Mais c’est précisément son tour de force d’avoir réussi à offrir dans un journal pour enfants, un roman à lire par les...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°34
4.00 €