La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre L’A.mour, A.mort

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Laurence Cazaux

Pascal Rambert signe une pièce comme "un baiser glacé brûlant qui fond", une ligne de rupture entre fusion et disparition. Un corps à corps à inventer sur scène.

Le Début de l’A. met en jeu Le Parisien à la flèche et La Contactée, « La contactée c’est mon nom celui que mon amant m’a donné quand à New York il s’est adressé à moi la contactée c’est moi je suis celle que son désir a contactée et auquel le mien de désir s’est connecté à lui ». Entre les deux, une belle histoire d’amour avec un grand A. Un A.mour éternel, de plusieurs milliers d’années. Le théâtre contemporain ne s’aventure plus souvent dans ces turbulences amoureuses. Roméo et Juliette n’ont pas beaucoup de successeurs et encore moins de successeurs adultes. L’Amour est-il devenu plus une affaire de cinéma que de théâtre ?
Le Début de l’A. prouve le contraire. Les séquences se suivent, rapides. Les toutes premières mettent en jeu, l’attente, la distance qui sépare deux amoureux, l’un à Paris, l’autre à New York. Puis les retrouvailles, à l’aéroport, à Prague, dans le Sud… Enfin l’accident, l’A.mour « du début de l’A.mort », le mythe de l’ A.mour éternel.
La langue de Pascal Rambert est musicale. Le texte peut parfois conduire au chant. Certaines séquences sont d’ailleurs présentées comme des refrains.
L’écriture offre apparemment une belle liberté de jeu, mais elle demande également une grande invention. Les deux protagonistes peuvent se répondre en échos à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, ou bien se parler jusqu’à la jouissance ou encore être morts et se parler toujours et encore « dans le début du silence ». C’est un drôle de corps à corps à inventer sur scène.
La langue ne s’appesantit pas. Cet enchaînement de séquences permet toutes les ruptures, toutes les énergies. Ces séquences sont comme des fragments. En cela, la référence au cinéma avec la notion de plans qui s’enchaînent, est très présente. Certaines répliques en les lisant, on aimerait d’emblée les proférer. Par exemple : « Ma fente c’est ta maison ton hôtel l’aéroport où tu me trouves quand tu viens me chercher ton propre toi-même ton cachot ta soute d’esclave blanc en sueur toi rameur moi coque creuse où tu viens en baver » ou bien encore : « quand tu arriveras mon amour on aura vu mille ans courir sur le fil du temps des hordes de gazelles des biches et cent goélands auront croisé ma démarche légère vers toi des vagues de flamands bleus des aigrettes des rossignols dormiront sous l’ombre géante des avions le rhinocéros la grue le grand cerf on les verra immobiles à Roissy sur la terrasse des Arrivées(…) »
Dans une auto-interview trafiquée, Pascal Rambert raconte : « C’est… Comment dire… Je voulais… En fait on ne devrait pas parler des pièces. On devrait se taire. Avant et après. Disparaître. Emporter avec soi ce que l’on a vu. La boucler. Et dormir avec. Plusieurs jours. Et après peut-être… on pourrait (inaudible). Oui, ça ça serait bien. »1 Il suffit de changer le verbe voir par lire et d’inviter le lecteur de cette rubrique à la lecture du Début de l’A.. Ensuite, peut-être, on pourrait…

Le Début de l’A.
Pascal Rambert
Les Solitaires intempestifs
70 pages, 7,62 (50 FF)

1Extrait de LEXI/textes 5, un livre consacré aux auteurs dont les oeuvres sont présentées en 2001/2002 au Théâtre National de la Colline. L’Arche, 406 pages, 14,20 (93,15 FF)

L’A.mour, A.mort Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°37 , décembre 2001.
LMDA PDF n°37
4.00 €