La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Plat(eau) de résistance

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Catherine Dupérou

Journal d’une serveuse de cafétéria

La narratrice du premier roman d’Anne Buisson est serveuse dans une cafétéria. Elle attend les clients, remplit, puis vide leurs assiettes avec le sourire. Elle observe aussi le petit monde de ce biotope alimentaire. Et note les épisodes de cette « vie ordinaire », expression choisie comme sous-titre au Journal. « J’écris ce journal pour montrer l’usure et me demander pourquoi j’en réchappe. Ce journal est l’incarnation de cette résistance. Chaque jour, les mêmes personnes recommencent ce cycle infernal du repas : ingestion, digestion, déjection. » Sur une période de presqu’un an, elle consigne anecdotes et réflexions, pour « faire de ce quotidien une histoire à raconter ». Presque chaque jour, « si parfois je n’écris pas pendant plusieurs semaines, c’est parce qu’il y a des jours vides ». Parfois juste une phrase, « le chef est un lâche », pour fixer le temps au gré de ses humeurs, « penser à trouver un travail à la hauteur de la conscience que j’ai de ma propre valeur ». Sans effets elle raconte les clients, les confidences, « l’homme blessé me dit qu’il parle à son mur ». La drague et les faiblesses « je suis passée dans le bureau et j’ai vu une liste d’achat que le chef avait laissé traîner. Le chef ne sait pas écrire, il doit avoir à peine le niveau de la sixième. J’ai été assez touchée ».
Sans complaisance, ni pour soi ni pour les autres, « je hais l’insistance que je déploie pour rester à la cafétéria et qui n’est l’indice de rien ». Souvent avec une drôlerie teintée de pathétique, «  »un steak bleu comme vos yeux s’il vous plaît« m’a demandé un client. J’ai fait cuire son steak et en lui montrant l’assiette, je lui ai demandé s’il trouvait que le steak en question avait réellement la couleur de mes yeux ».
Pour ne pas se laisser contaminer par les odeurs, les bruits, la vulgarité ambiante et l’ennui. Ne pas se dissoudre dans ce travail où le temps se dilue. Où la vie passe sans qu’on ait appris le métier de vivre. « Pendant que je balaie, je pense à mon père qui a travaillé toute sa vie, il est mort à cinquante ans, il n’a jamais vu la retraite. » Loin de la nouvelle cuisine littéraire, voici un livre revigorant. À savourer lentement.

Journal d’une serveuse
de cafétéria

Anne Buisson
Farrago/Léo Scheer
88 pages, 12

Plat(eau) de résistance Par Catherine Dupérou
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.
LMDA PDF n°40
4.00 €