La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Catherine Dupérou

Message Envoyer un message

Articles

Cette révolte appelée poésie Annie Le Brun est un esprit insoumis et radical. La parution de ses poèmes, enfin réunis, et la réédition en poche de son essai Du trop de réalité nous immerge dans un univers peuplé d’images à l’érotisme noir et de pensées réfractaires à tout compromis. En 1977, année punk, une jeune femme, Annie Le Brun, noire brindille de jais tranchant jetait une bombe à la face puritaine des néoféministes, Lâchez tout. Auteure d’ouvrages poétiques, réédités aujourd’hui, elle sera alors remarquée par Jean-Jacques Pauvert, qui lui demandera une préface à l’édition des œuvres complètes de Sade, puis à celles de Raymond Roussel. Fidèle à ses amours, la poésie et l’insoumission, elle continue de porter, envers et contre tous, un regard implacable sur notre époque. Et à écrire, « comme on force une porte ». Comment êtes-vous allée vers la poésie ?...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

Slogans

de Maria Soudaïeva

Feu et silence

Maria Soudaïeva est née en 1954 à Vladivostok. De père russe et de mère coréenne, elle a vécu en Corée, en Chine et au Vietnam. Souffrant très jeune de troubles psychologiques accompagnés de visions chaotiques, elle fut souvent hospitalisée. Antoine Volodine qui traduit son livre l’a rencontrée à Macau en 1991, alors qu’elle montait avec son frère un réseau pour sauver de la mafia les...
octobre 2004
Le Matricule des Anges n°57

Jeu est des nôtres

Après avoir terminé son cycle autofictionnel en envoyant son personnage de fiction sur la planète des Sims, Chloé Delaume revient avec un livre peuplé de personnages égarés dans les couloirs d’un jeu de Cluedo un peu dévié. Un roman ludique et politique. Entrée en littérature à 27 ans avec Les Mouflettes d’Atropos et propulsée sur le devant de la scène avec Le Cri du sablier, prix décembre 2001, Chloé Delaume avait tout pour se laisser griser par les vapeurs de gloire. Mais déjà loin, elle faisait en 2003 de Chloé Delaume un personnage de fiction (La Vanité des somnambules) et clôturait son cycle autofictionnel en envoyant « Chloé Delaume,...
octobre 2004
Le Matricule des Anges n°57

Beat generation

une anthologie
de Gérard-Georges Lemaire

Blind Poet

Poète aveugle
de Lawrence Ferlinghetti

Beat attitude

Dans une anthologie qui fera date, Gérard-Georges Lemaire retrouve les origines et les acteurs d’un des mouvements les plus novateurs du XXe siècle, la Beat Generation. L’idée que l’on se fait de la Beat Generation tourne généralement autour des trois figures tutélaires de Jack Kerouac, William Burroughs et Allen Ginsberg. C’est oublier que ce mouvement est né au hasard de rencontres décisives, et d’une émulation créatrice partagée par des personnalités singulières. Gérard-Georges Lemaire en a connu les principaux acteurs et traduit ou préfacé certains des...
septembre 2004
Le Matricule des Anges n°56

Suicide sûtra

de John Giorno

The Mind parasite

Poète-performeur américain, héritier de la Beat Generation, John Giorno redonne à lire son très urbain et cathartique « Suicide Sûtra ». Du travail de son grand ami John Giorno, William S. Burroughs, dans sa préface éclairante à Il faut brûler pour briller (Al Dante, 2003) écrit : « À qui est-ce que l’on parle quand on se parle à soi-même ? Le soi est-il vraiment le soi ? John Giorno élève ces questions à une intensité quasi insoutenable, jusqu’au cri de reconnaissance surprise. (…) Ses litanies de l’outremonde spirituel se...
juillet 2004
Le Matricule des Anges n°55