La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La désincarnation

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Benoît Broyart

Sous le titre explicite de Rapport sexuel, Olivier Saison livre un diptyque sur la pornographie. Résultat, quelques pages originales sur un thème surmédiatisé.

Si la dimension fantasmatique habite l’univers décalé d’Olivier Saison depuis son premier texte (Présents et autres orifices, Le Serpent à plumes, 1996), elle se radicalise ici et envahit tout l’espace narratif. Ainsi, la première nouvelle, Une étude très sérieuse, s’attache-t-elle à décrire l’expérience d’un professeur d’université chargé d’établir un rapport détaillé sur une année passée avec quatre jeunes femmes dans un appartement. Le scientifique devra consigner et analyser chacun de ses ébats, pour la science.
Comme dans La Résolution de Reyner (Le Serpent à plumes, 1999), les icônes qui traversent le monde de Saison constituent le moteur du récit. Les femmes choisies par le professeur, désignées par leur prénom suivi d’un numéro pour plus d’objectivité, semblent venir d’un film américain des années 40 ou 50. Fatales, elles s’apparentent à des fantômes. À ce titre, elles sont pornographiques, car si la pornographie soumet le spectateur à une incarnation radicale, elle instrumentalise aussi les corps et les éloigne irrémédiablement du voyeur. Dans Une étude très sérieuse, les femmes n’ont d’ailleurs accès qu’à des mouvements cinématographiques, parfaitement codés : « Clothilde soupira et se mit à scruter le plafond, entortillant machinalement ses boucles autour de son index. » L’écrivain, né en 1972, possède également une culture audiovisuelle. Le professeur aura ainsi le bonheur de croiser la silhouette de Wonder Woman : « ce soir-là, pour mon anniversaire, ces cheveux s’étaient glissés sous un diadème orné d’une étoile rouge, et copieusement enduits de laque comme ses pommettes de fard, sa poitrine mate revêtue d’un corset de satin rouge à l’échancrure dorée, sa taille, d’une grossière culotte bleue parsemée d’étoiles, à laquelle le minuscule lasso pendait. »
Grâce à un rythme efficace où les chapitres courts se chevauchent presque, Saison montre une fois de plus une belle facilité à construire des histoires. Il sait y injecter ce qu’il faut de réalité, avec une fantaisie inquiète qui rappelle parfois celle de Vian ou le Hardellet du Seuil du jardin. On est pris par une efficacité narrative qu’on retrouve plus fréquemment aujourd’hui chez les écrivains américains que chez les romanciers français. L’histoire se trouve au centre du projet littéraire, non la langue.
Mais le format de la longue nouvelle convient peut-être moins à Olivier Saison que le roman, comme si ses personnages manquaient parfois d’espace. C’est manifeste dans le second texte du diptyque, Les Actrices de Thomas Ypres, où l’auteur distille un climat sombre et perd son humour. Une actrice de porno y amorce un tournant dans sa carrière, cherchant à vivre autrement sa profession. Elle part à la recherche d’un réalisateur de films pudiques et finit par rencontrer un autre homme au Mexique. Saison en profite pour analyser précisément la nature du phénomène pornographique, se faisant plus démonstratif, trop peut-être : « dans ce domaine, à l’inverse du film policier, le suspense naît avant le film proprement dit, ce n’est pas le metteur en scène ni le script qui campent la situation initiale ou l’horizon d’attente, mais la seule psyché du spectateur. »

Rapport sexuel
Olivier Saison
Le Serpent à plumes
176 pages, 14

La désincarnation Par Benoît Broyart
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.
LMDA PDF n°40
4.00 €