La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Le Graal à tout prix

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Jean Laurenti

Le Trésor des albigeois

Avec Le Trésor des Albigeois Maurice Magre inaugure en 1938 la florissante série des ouvrages qui seront consacrés à la mystique cathare. Né à Toulouse en 1877, il se passionne très tôt pour cette religion, étudie sa proximité avec certaines sagesses d’Orient et rêve à l’épopée des fous de Dieu du Languedoc. Lorsqu’il monte à Paris en 1898 avec en poche le manuscrit de La Chanson des Hommes, l’un de ses premiers recueils de poèmes, le jeune Magre reçoit un accueil des plus enthousiastes : José Maria de Heredia, Henri de Régnier, Maurice Barrès, entre autres, lui apportent leur soutien. En 1926, devenu lui-même une de ces grandes figures, il prendra André Malraux pour secrétaire. Les amitiés symbolistes et parnassiennes nouées à ses débuts imprégneront les nombreux livres à venir et la quête ardente d’idéal et de beauté que Magre mènera jusqu’à sa mort en 1941. L’artiste doit selon lui produire une œuvre où s’entende une langue inspirée par le divin.
Michel de Bramevaque, personnage principal du Trésor des Albigeois et double probable de l’auteur, est un médecin toulousain du XVIe siècle. Ayant reçu un ordre impérieux venu de très loin, il abandonne son épouse, sa maison, sa fortune : il doit sans attendre se mettre en route et retrouver le Graal, le trésor sacré des Albigeois, emporté par quatre chevaliers juste avant la chute de Montségur en 1244. S’écoule alors un récit foisonnant, écrit à la première personne et porté par une écriture élégante. Ses accents lyriques et parfois incantatoires donnent au texte un charme légèrement désuet. Si certaines pages sont empreintes de gravité, Magre évite le plus souvent l’emphase et entrouvre même la porte à un humour un peu leste. Et bienvenu.
Bramevaque, sorte de Zénon méridional, solaire et souvent joyeux, croisera de nombreux personnages, maillons d’une chaîne invisible qui le mènera tout près de son but. Il se heurtera à l’aveuglement des hommes, accomplira un miracle (dont il doutera), prendra la défense des opprimés, s’isolera du monde et sera finalement excommunié. Condamnation qui lui apportera la « joie de comprendre ». Auprès d’Isaac Andréa, le vieux sage chez qui il se retire, il apprendra que « quand on a beaucoup cherché une chose, il arrive qu’on en trouve une autre et qu’on soit content ».

Le Trésor des Albigeois
Maurice Magre
Éditions du Rocher
222 pages, 18

Le Graal à tout prix Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.
LMDA PDF n°41
4.00 €