La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La folle parade

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Bertrand Serra

Le Danseur de Manhattan

Au milieu des années 1980, le sida instaura un couvre-feu et clôt une période aujourd’hui mythique, celle de la fête permanente. Malone, extraordinaire de beauté et d’innocence, à peine flétri par sa quête folle et extrême de l’amour et de la pureté, cherche jusqu’aux vertiges un sens et une issue dans le labyrinthe que sont le temps immobile de la transe et son existence. Au milieu d’une soirée (d’adieux) donnée par Sutherland, Malone, déchu, tente le saut de l’ange : il traverse la baie (de Hudson) à la nage et disparaît.
En recueillant les quelques traces laissées par Malone dans son sillage de météore, le narrateur, sorte de porte-parole anonyme du microcosme gay de Manhattan, finit par composer une ligne de vie, sobre et lyrique, qui chante (c’est un blues mâtiné de grâce indicible) dans la mémoire d’une génération, oscillant entre nostalgie et amertume : « c’est la seule chose que je veuille faire de mon ancienne vie : lire sur elle ». Ainsi se confie un épistolier (secret) au narrateur, dans des lettres, qui, d’entrée, créent une mise en abyme : « ton roman peut servir une cause historique. Ceux ( »les jeunes pédés« ) de vingt ans s’assument sans états d’âme ; ils ne seraient pas victimes d’une malédiction. Mais quelqu’un se doit de raconter la démence, le désespoir des folles d’antan, les Grandes Folles dont on n’a jamais conté l’histoire. »
Le Danseur de Manhattan, écrit en 1978, ligne à haute tension poétique, réussit à recréer, dans une vision épurée, un monde révolu, qu’orchestre avec un humour et un flegme (garde-fou à son propre désespoir) consommés, Sutherland, archétype de la folle mondaine blasée, alter ego de Malone et autre face de Janus (l’une secrète et romantique, l’autre mondaine et en représentation) de la figure homosexuelle. Saluons donc, avec enthousiasme, la réédition de ce livre-culte.

Le Danseur de Manhattan
Andrew Holleran
Traduit de l’américain
par Pascal Loubet
Belfond
290 pages, 19

La folle parade Par Bertrand Serra
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €