La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Les Allusifs, court toujours

novembre 2003 | Le Matricule des Anges n°48 | par Eric Naulleau

« Small is beautiful » comme on ne dit pas au Québec. Établie à Montréal, Brigitte Bouchard s’est spécialisée dans les « petits romans ». Bref portrait-rencontre d’une éditrice chanceuse et angoissée.

Initiales BB. L’œil bleu, le cheveu en bataille et l’indispensable pointe d’accent québécois sur le bout de la langue française. Brigitte Bouchard poursuit dans ce café du faubourg Saint-Antoine une tournée de promotion française avant de s’en retourner quelques jours plus tard vers sa Belle Province. Si l’allusive en chef avoue s’être plus tôt quelque peu égarée dans les transports en commun sur la route de France Culture, elle ne risque en revanche guère de perdre le nord éditorial, ainsi qu’en témoigne cette inhabituelle profession de foi imprimée sur la couverture de son dernier catalogue : « La maison d’édition Les Allusifs se consacre essentiellement à la publication de courts romans. Cette décision éditoriale ne constitue nullement un rejet du roman tel que nous le connaissons ou une quelconque satisfaction au règne de la vitesse que tente d’imposer notre siècle pressé. Le roman court, ou encore miniature, se veut tout simplement un ajout au monde général de la littérature. L’accent que la maison d’édition Les Allusifs met sur ce créneau particulier et prometteur de la littérature va certainement favoriser la création. Les Allusifs s’intéressent aussi à des manuscrits provenant de diverses terres et écrits à l’origine en d’autres langues que le français. » Ouf ! L’avertissement tient davantage du point sur le double i de Brigitte que de l’allusion entre les lignes. Mais avant de revenir sur ces questions de fond et de forme, et pour rester dans la figure imposée, il nous faut écrire le bref roman de Brigitte Bouchard.
De fait, l’intéressée déroule sans feston ni broderie la trame d’une naissance en 1960 à Québec et « des origines modestes, un père aubergiste dans le bas du fleuve, cet ensemble de villages riverains du fleuve Saint-Laurent » puis un retour à la case Québec avant une installation à Montréal pour des études universitaires plusieurs fois commencées mais jamais terminées : « Je m’ennuyais, je trouvais la vie plus intéressante. » Solide allergie, décidément, à ce qui traîne en longueur. S’ensuit un improbable petit boulot de… régisseur dans un théâtre (« Je ne connaissais rien à la technique. Panique totale. ») auquel elle s’accroche « par tempérament suicidaire ». Abrégeons, abrégeons, il en restera toujours quelque chose. Ces premiers contacts avec les textes littéraires deviennent plus étroits lorsqu’une place d’attachée de presse se libère dans une maison d’édition jeunesse appelée, ça ne s’invente pas, La Courte Échelle. Décisif pied à l’étrier puisque Brigitte Bouchard, à force de changer de poney, finit par trouver boîte à son pied : on lui propose un poste à l’éditorial chez Libre expression « J’étais constamment en contradiction avec la ligne éditoriale mais c’est comme ça que j’ai appris mon métier, que j’ai appris à travailler avec une grosse équipe. » Nouveau cap franchi avec le passage aux Quatre cents coups et une responsabilité de directrice de collection assortie de la supervision des catalogues et...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?