La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Mais vous êtes fou !

novembre 2003 | Le Matricule des Anges n°48 | par Benoît Broyart

Shutter island

Ashecliffe Hospital, centre psychiatrique situé sur une île au large de Boston, réservé à des malades qui ont commis d’atroces meurtres. Nous sommes dans les années 50. Deux policiers sont envoyés sur les lieux pour retrouver une patiente très dangereuse.
Si le romancier possède le pouvoir d’emmener son lecteur où bon lui semble, l’auteur de romans noirs prend soin généralement de plonger la tête de ce dernier sous l’eau, de lui faire visiter des lieux où surtout, il n’aurait pas osé avouer qu’il avait envie d’aller. Quelques pages et l’horreur se dessine bientôt, portée par une construction narrative si fine qu’on en vient rapidement à tourner les pages avec impatience et fébrilité. Impossible de décrocher avant le dénouement. La machine romanesque tourne à plein régime, le récit ne présente aucune issue. Shutter Island ne vous lâche pas.
Si le roman débute en suivant à peu près les conventions du genre, Lehane affirme l’originalité de sa voix au fil de pages, à mesure que le cauchemar gagne en complexité. S’attachant à disséquer différentes manifestations de la folie, Shutter Island laisse des questions en suspens. Le fou détient-il une part de la vérité ? Le fantasme peut-il gagner sur la réalité au point de s’y substituer ? La critique de la société reste en arrière-plan. C’est de l’individu dont il s’agit et de ce que le cerveau humain est capable d’engendrer comme monstruosité. On n’avait pas lu de livre aussi puissant sur la douleur d’être fou depuis Spider de Patrick McGrath.

Shutter Island de Dennis Lehane
Traduit de l’américain par Isabelle Maillet,
Rivages, 298 pages, 20

Mais vous êtes fou ! Par Benoît Broyart
Le Matricule des Anges n°48 , novembre 2003.
LMDA PDF n°48
4.00 €