La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Les destins d’une ville

avril 2004 | Le Matricule des Anges n°52

Est-ce là un risque inévitable, propre à un tel projet éditorial ? La revue Le Lecteur semble avoir pour but, sinon unique du moins principal, de donner à lire des extraits d’œuvres qui seront publiées, ultérieurement, par le même éditeur Le Rocher et sa collection « Anatolia » dont les choix sont, il est vrai, souvent judicieux. Sous le titre « Pétersbourg et alentours » se succèdent donc ici des bonnes pages, ayant trait à cette ville, à ses avatars, à ses drames et à certaines de ses figures tutélaires Brodsky en premier lieu. Nombre de ces textes nous trouvent un peu démunis, perplexes : d’aucuns sont trop anecdotiques, d’autres sont ici comme éparpillés, sans doute en avant-goût. On peut cependant suivre avec profit Samuel Brussell (« Images de la Baltique ») vagabondant et méditant de Pétersbourg aux pays baltes, ou découvrir le « Journal sous la Terreur » de la poétesse fin-de-siècle Zinaïda Hippius, qui eut à faire l’épreuve de la Révolution jusqu’à son exil à Paris, en 1920. On doit surtout saluer la qualité des traductions de poèmes qui nous est ici proposée, de Pouchkine, Biely, Mandelstam… Ainsi le Requiem d’Akhmatova peut-il, une fois encore, résonner, pour les victimes d’alors comme pour celles d’aujourd’hui : « Je sais comment s’affaissent les visages,/ Comment la frayeur filtre à travers les paupières./ Je connais les signes cunéiformes / Que la douleur grave sur les joues. »

Le Lecteur N°2 190 pages, 22 , Éditions du Rocher

Les destins d’une ville
Le Matricule des Anges n°52 , avril 2004.
LMDA papier n°52
6.50 €
LMDA PDF n°52
4.00 €