La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Nappe monde

juin 2005 | Le Matricule des Anges n°64 | par Dominique Aussenac

Journal des lointains N°1

Gulliver de Michel Le Bris ayant cessé de paraître, peu de revues se consacrent au récit de voyage. L’éditeur Buchet Chastel avec Le Journal des lointains comble cette lacune en militant « pour une littérature se fécondant au contact de l’ailleurs, de l’inconnu ». Sous la férule de Marc Trillard, ce premier numéro regroupe des textes inédits de quatorze écrivains qui privilégient « la vraie vie du dehors » sans exotisme, ni angélisme. Sami Tchak y raconte comment la magie d’une chanson populaire à la gloire d’un pays peut inviter au voyage, mais entraîner quelques désillusions sur un Tchad où l’on tue beaucoup, notamment pour l’honneur. D’Himalaya, d’Oulang Bator ou de Chine, Marc de Gouvenain, Linda Gardelle et Wei-Wei rapportent des portraits très sensibles comme celui de cette jeune nomade mongole, séduite et abandonnée par un Français, membre d’une organisation humanitaire. L’Europe peut révéler aussi des terra incognita ou méconnaissables comme le démontrent Björn Larsson en Italie et Éric Sarner à Berlin. Quant à Louis-Philippe Dalembert, il nous offre un retour amer dans un Haïti dévasté et occupé. « Voir un étranger botter, à la face du monde qui plus est, le cul à un Haïtien l’année même du bicentenaire de l’indépendance me choque plus que de raison. » Le texte le plus attachant est peut-être celui de Jean-Louis Kuffer. Dans le sillage de Cendrars, une rencontre de comptoir évoque les récits d’une institutrice suisse, Lina Bögli, qui en 1892 décida de parcourir le monde. Un semestriel grouillant de vies.

D.A.

Le Journal des lointains N°1
203 pages, 17 (Buchet Chastel)

Nappe monde Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°64 , juin 2005.