La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Fabrique de futur

octobre 2008 | Le Matricule des Anges n°97 | par Dominique Aussenac

Tina N°1

De petit format, TINA, à la couverture souple, anti-éclaboussures, est une nouvelle revue facile à ranger dans une bure de moine-soldat ou un combiné de prêtresse post-exotique. TINA (collectif emmené par Éric Arlix) signifie « There is no alternative », réponse de Miss Thatcher aux mineurs britanniques en grève au mitan des années 80. « Un sérieux constat de départ » annonce l’éditon qui égrène toute une série de « notons que » combatifs, ambitieux, sans vraiment être tout à fait dogmatiques. « Notons que TINA a conscience qu’elle travaille avec les matériaux disponibles en langue française et que cette disponibilité à des limites, (…) que si ça continue le marché du livre se sera définitivement substitué à l’histoire de la littérature… »
Avec en ombres portées les figures tutélaires d’Antoine Volodine et de son alter ego Lutz Bassmann, les fictions proposées extrapolent à partir de notre réalité. Cette dernière, verrouillée économiquement, politiquement et discursivement, est transformée en un monde peuplé de survivants pourchassés, d’écrivains clones à belle gueule, de séquoia Karl Marx soliloquant dans la Californie de Schwarzenegger, de discours ouverts complètement fermés, de produits délicieusement asservissants… « Mes alarmes autonomes sont munies de cellules de détection infrarouge orientables, efficaces sur un rayon de sept mètres pour un angle de cent dix degrés. » liste Claude Closky dans Mon catalogue. Le dossier développe une attaque en règle contre La Littérature occupée. Utilisant la fiction, Pascale Casanova avec son Histoire fragmentaire de la littérature des souterrains et des terriers déblaie le terrain à coup de grenades et d’engins incendiaires. « Qu’est-ce qu’un bon livre ? Un bon livre est un livre qui se vend bien. (extrait d’un guide de lecture officiel découpé et collé en marge du texte) » Christian Salmon lâche, lui, ses drones en dénonçant toujours inlassablement le storytelling, « arme de distraction massive » consistant à raconter des histoires pour influencer le consommateur - ou l’électeur, rendant floue la limite entre le réel et la fiction, entre le vrai et le faux. « Le langage des mondes possibles a cédé la place au monde des choses désirables. » Les autres interventions de Jean-Claude Moineau, Dominiq Jenvrey, Sandy Amerio, Chloé Delaume, parachèvent ce massacre de… papier. Un entretien avec les éditions Tristram, des critiques de livres, de revues, de sites concluent ce premier opus. À propos de papier, TINA n’est pas vraiment un tigre, plutôt un cheval fou et c’est tant mieux.

TINA N°1 192 pages, 10 , éditions Ère (60, rue Edouard-Vaillant 94140 Alfortville)

Fabrique de futur Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°97 , octobre 2008.
LMDA papier n°97
6.50 €
LMDA PDF n°97
4.00 €