La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Les cahiers d’Agota Kristof

juillet 2009 | Le Matricule des Anges n°105 | par Camille Decisier

Quarto N°27 (Agota Kristof)

On la savait pudique (Le Grand Cahier ne sera jamais donné à lire avant d’être soumis à un éditeur), et également réservée quant à la diffusion de ses papiers personnels : « Cela ne regarde personne », dira-t-elle en 1993. Dix ans plus tard, Agota Kristof autorise pourtant le transfert de ses notes, brouillons et autres avant-textes aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse, à Berne. Une concession qui ouvre la voie aux travaux des chercheurs, mais donne aussi voix aux amis et admirateurs. Quarto distribue équitablement le temps de parole : analyses littéraires et sociologiques charpentées côtoient des lettres d’amour réduites à leur plus simple expression, celle de la fraternité. En guise d’anti-conclusion, un cahier d’inédits dont l’on ne s’étonnera pas de la relative minceur ; selon Marie-Thérèse Lathion, qui en est la responsable, le fonds Agota Kristof « s’ouvre sur une perte » : celle de tous les écrits d’avant 1956, abandonnés en Hongrie au moment de la fuite, au même titre que la langue maternelle, dévorée par le français. De ses poèmes de jeunesse ne subsiste que celui qu’elle avait appris par cœur et transcrivit de mémoire en hongrois, avant de le traduire en français (« Berceuse »). Une perte matériellement irrévocable, mais dans l’essence de laquelle l’œuvre d’Agota Kristof puise toute sa signifiance, et même une sorte de plénitude.

Quarto N°27 (Agota Kristof), revue des archives littéraires suisses, 96 pages, 11

Les cahiers d’Agota Kristof Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°105 , juillet 2009.
LMDA PDF n°105
4.00 €