La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Autoportrait bleu

septembre 2009 | Le Matricule des Anges n°106 | par Jérôme Goude

L' Autoportrait bleu

En plein vol Berlin-Paris, entre la lecture des lettres de Thomas Mann à Theodor W. Adorno et les toquades de sa sœur, une fille « a-féminine », encline à l’exagération ainsi qu’à la désinvolture, fait intérieurement le compte de ses man- quements. Sous le voile de la « paix apparente », elle réprime un cri de « vache étouffée », remâche les fruits de son « éducation suicidaire au bonheur collectif », en convoquant les souvenirs calamiteux de son séjour à Berlin. Souvenirs auxquels se greffent, selon la logique d’une indéfectible « régularité dans le ratage », ceux, bien antérieurs, d’un mariage échoué avec un para.
Chaque lieu berlinois - le Café Einstein, le Kaiser Café ou une salle de cinéma du Sony Center - est le récit réitéré, saturé de méprises et de malentendus, d’une rencontre manquée entre un pianiste lunaire et la narratrice-locutrice de L’Autoportrait bleu. Un récit hanté par l’obscure allégeance des lieutenants du Troisième Reich et placé sous le regard de l’Autoportrait bleu, l’un des tableaux d’Arnold Schönberg. Le fiasco était-il prévisible ? Qu’auraient bien pu avoir en commun cet artiste, abîmé dans l’étude de l’insondable solitude de Schönberg, et cette femme soumise à la « non-résistance », inapte à ce compositeur et peintre autrichien autant qu’à Proust, Kant et Bergson ?
Monologue obsessif émaillé de contradictions, de dits et dédits, L’Autoportrait bleu procède de la mise à nu d’une conscience qui, par le déversoir d’une parole centripète, éprouve et le « sentiment du temps » et la « négativité en abyme ». Davantage qu’un énième texte relevant de l’écriture blanchotienne dite du ressassement, ce premier roman de Noémi Lefebvre, porté par une indéniable sensibilité musicale, esquisse le portrait d’une humanité désœuvrée. Une humanité dont la perte de sens, à l’instar de l’oreille mutilée de la « vision » bleue de Schönberg, ne pourrait être que l’espace vacant du désir de son impossible saisie.

L’Autoportrait bleu
de Noémie Lefebvre
Verticales, 143 pages, 13,90

Autoportrait bleu Par Jérôme Goude
Le Matricule des Anges n°106 , septembre 2009.
LMDA papier n°106 - 6.50 €
LMDA PDF n°106 - 4.00 €