La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Jérôme Goude

Articles

L'écume des âges Dans Un lac immense et blanc, une femme, entichée de l’écrivain Giorgio Bassani et de films néoréalistes italiens, laisse affleurer ses souvenirs. Michèle Lesbre donne corps à une mémoire sensible. Tôt le matin, avant de traverser le Jardin des Plantes pour s’enfermer dans un bureau, Edith Arnaud s’accoude au comptoir du Café lunaire. Là où, chaque mercredi, elle guette la discussion du serveur et de l’homme du train de 8h15, tous deux natifs de Ferrare, ville italienne située en Émilie-Romagne. Or, quand commence Un lac immense et blanc, décor et habitudes sont comme chamboulés. Edith Arnaud a pris un jour de congé et se rend à la gare d’Austerlitz dans l’espoir d’évoquer, avec celui qu’elle surnomme l’Italien, Ferrare, le delta du Pô, alors même qu’ils n’ont jamais échangé ne...
mai 2011
Le Matricule des Anges n°123

Plonger

de Bernard Chambaz

Plonger de Bernard Chambaz

En matière de football, la littérature n’est pas en reste. Souvenons-nous. Quelques mois après la finale de la Coupe du monde 2006 à Berlin, Jean-Philippe Toussaint rédigeait La Mélancolie de Zidane. Un bref récit dans lequel l’auteur revenait sur le fameux coup de tête que Zidane assena à un certain Materazzi. Avec Plonger, Bernard Chambaz s’attache au récit d’une vie autrement plus...
mai 2011
Le Matricule des Anges n°123

Trajectoires croisées

Véritable mosaïque de récits de voyages, Cités en abîme d’Antonin Potoski égrène les observations, l’ordinaire et les protestations d’un jeune bourlingueur immatériellement épris d’Asie et d’Afrique. Dès l’entame de Cités en abîme, le lecteur entre de plain-pied dans un monde fleurant le gaz, où le ronronnement des groupes électrogènes amplifie le chaos sonore urbain : celui de la ville de Dhaka, au Bangladesh. Plus loin, une pluie intense inonde le décor « de rizières et de collines boisées » du Myanmar, avant qu’un orage ne détrempe le plateau malien de Bandiagara. Depuis La plus belle...
avril 2011
Le Matricule des Anges n°122

Au bout des comédies

de Michel Jullien

Chacun sa chimère

Sur l’estrade d’Au bout des comédies, Michel Jullien brosse le tableau kaléidoscopique d’une humanité chancelante. En l’an 8 après J.-C., Auguste condamne Ovide à l’exil, loin des sept collines de Rome, sur les bords du Pont-Euxin, à Tomes. Cerné par les barbarismes d’un assortiment de peuplades mal dégrossies, l’auteur des Métamorphoses se claquemure dans sa langue latine pour écrire les Tristes et les Pontiques. Rien, pas même l’avènement impérial de Tibère, ne délivrera le poète de la solitude...
avril 2011
Le Matricule des Anges n°122

Dans la nuit de samedi à dimanche

de Nicole Caligaris

Déclin fraternel

Sur la scène occulte des récits de Dans la nuit de samedi à dimanche, la survie implique la mort, réelle ou symbolique, de l’autre. L’humanité en déshérence selon Caligaris. Au gré des sept monologues que comprend Dans la nuit de samedi à dimanche, un thème lancinant et quelques occurrences formelles se dégagent auxquels le lecteur tente de s’agripper bon an mal an. Chaque fois, ou presque, la parole d’un témoin direct, ayant pris part à l’irrémédiable, surgit pour dire le sort funeste d’un alter ego. Entre deux caps, lors d’une échappée nocturne en bord de mer,...
mars 2011
Le Matricule des Anges n°121