La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’invisible

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Amélie Folliard

Griffin s’est réincarné en un avocat d’affaires bedonnant échoué au Luxembourg. Lassé des « petites décadences de la haute finance », délaissé des regards féminins, son « miroir muet » depuis longtemps le révèle transparent, un beau matin. « Jovial caméléon », « passe-muraille » infaillible, il découvre avec avidité le monde de l’invisibilité et les pouvoirs que celle-ci lui confère. Il s’exile à Maraleda, métamorphosé en rapace pervers. Mais l’action ne lui suffit plus, il élabore alors une étude minutieuse « de cette race imparfaite » et inférieure qu’est l’humanité à ses yeux.
C’est là que le fil narratif s’épuise. Suivre l’homme invisible, c’est répétitif ! Il se fait donc le narrateur de « l’Arabe », une « anomalie bienvenue » au paradis artificiel. Christ « à la tête cabossée », le second héros mène sa nouvelle ombre en Italie (par bateau), à Tel-Aviv (en avion), et au bout d’une route caillouteuse (en taxi collectif) dans un village sans nom. Dans ce non-lieu de l’extrême, il découvre une société « comme un gant retourné ».
Réécriture moderne de Wells, L’Invisible joue avec les clichés littéraires et moraux : Camus, Rousseau, Rimbaud, Céline, côtoient les préjugés les plus plats. Les Noirs sont des « nègres », les Arabes sont en fait des juifs ! Difficile de classer le monde mais : race supérieure que celle de l’invisibilité ! Le ton est acerbe et sans concession pour ses pauvres contemporains empreints d’artificiel.
Dans son premier roman, Pascal Janovjak donne à l’écriture toute sa force mimétique : ennui, explosions de sentiments, déplacements incessants. Le rythme se cherche et se trouve toujours. La métamorphose se fait métaphore animale souvent, négative aussi. Roman fantastique, au bord de la science-fiction, polar échevelé, roman social et sociologique, tout se combine pour former la joviale aventure existentielle de l’homme translucide enfin découvert à la vie.

L’INVISIBLE
dE PASCAL JANOVJAK
Buchet Chastel, 304 pages, 17

L’invisible Par Amélie Folliard
Le Matricule des Anges n°107 , octobre 2009.
LMDA papier n°107
6.50 €
LMDA PDF n°107
4.00 €