La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le barde Elléouët

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Richard Blin

Yves Elléouët

Aussi sensible à l’appel du large qu’aux voix de la pluie et du vent, coureur de dunes, peintre et poète autant qu’écrivain, Yves Elléouët est à la tête d’une œuvre surprenante. Né en 1932, et disparu en 1975, à l’âge de 43 ans, cet amoureux de la Bretagne, qui fréquenta les surréalistes (il épousa Aube, la fille d’André Breton), se voulut essentiellement à l’écart de tout mouvement. Au croisement des œuvres de Joyce, Dylan Thomas et Malcolm Lowry, il est l’auteur de deux livres cultes, Le Livre des rois de Bretagne et Falc’hun (à prononcer falrun, et qui signifie faucon). Deux livres relevant d’une sorte d’épopée enchantée dont la Bretagne - saisie dans son présent et son passé, son âme légendaire et sa magie celtique - est l’inspiratrice envoûtante et la dédicataire souveraine. Livres inclassables, bourdonnants de présences secrètes, mêlant la truculence au lyrisme le plus brûlant et conjuguant l’amour et la mort, l’alcool et les embruns, les souvenirs et les visions. Transmigration des âmes et hymne au mouvement, c’est la perpétuelle métamorphose gouvernant le monde que célèbre Yves Elléouët. Avec la verve des grands bardes, et un étonnant sens du réalisme magique, il revisite les lignages barbares des vieux rois de Bretagne, héritiers des dieux celtiques. Anamnèse hallucinatoire entretenue par l’eau de vie d’une ivresse sacrée et le feu d’une parole se grisant de sa propre féerie et de ce temps béni où le réel et l’imaginaire n’avaient pas encore commencé d’être perçus contradictoirement. Deux livres qui font tanguer le roman et le transforment en voyage-voyance parmi le sang des choses.
Une fringale d’images dont témoigne aussi sa peinture, à laquelle rend hommage le catalogue qui accompagne la grande rétrospective qui, après le Musée des Beaux-Arts de Quimper, sera visible au Château de Tours, puis à Saint-Cirq-Lapopie.

Collectif Yves Elléouët, Coop Breizh, 152 pages, 35

Le barde Elléouët Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°107 , octobre 2009.
LMDA papier n°107
6.50 €
LMDA PDF n°107
4.00 €