La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Tous Coupat

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107

Tous Coupat, tous coupables : Moralisme antiviolence

Avant que l’état d’urgence ne vienne, à l’occasion d’une pandémie mystérieuse ou d’une malencontreuse émeute, nous bâillonner, il y a urgence à penser et théoriser les conditions de la résistance. Une fois de plus les Éditions Lignes nous offrent un roboratif vade-mecum - cette fois-ci, précise le sous-titre, contre « le moralisme antiviolence ». De quoi s’agit-il ? C’est autour de l’Affaire Coupat et, au-delà, du succès de L’Insurrection qui vient, que se construit la réflexion (un des quatre textes ici rassemblés avait paru dans le numéro de la revue Lignes consacré au même thème - voir Lmda N°104). Nous avons entendu, y compris chez les défenseurs de ces présumés (ou potentiels) terroristes, le même cri d’effroi : non ! en aucun cas l’usage de la violence ne saurait être légitime ! Y compris à la gauche de la gauche, on est prêt à le jurer, on ne criera plus jamais « Aux armes ! ». Mais, demande Brossat, « que vous ont-ils donc promis, camarades, pour que vous rendiez, de si bon cœur, les armes ? » C’est en vérité ce que d’aucuns appellent le consensus démocratique, l’évolution même (l’entropie ?) de notre régime représentatif qui serait en cause : « Pour autant que la notion même de peuple (…) conserve en elle-même la trace de la figure du peuple politique, peuple des révolutions, donc, et peuple de la souveraineté populaire, il importe que ce reste même se trouve constamment réduit. » Par ailleurs notre désir de sécurité (d’être sécurisés) dans tous les domaines s’apparente à une « colonisation des subjectivités » : nous demandons nous-mêmes « l’anesthésie » - mor-tifère ? - que nous procure l’État policier. Ne nous reste-il (Brossat nous livre ici une analyse sarcastique du film Louise Michel) rien d’autre que « les plaisirs par défaut de l’autodérision », le « grand dégoût (…) de soi, des autres et du reste » ? Ou bien (et il rejoint ici la réflexion récente d’Alain Badiou) devrions-nous ressusciter (avec vigilance et lucidité, il va sans dire) cet autre mot tabou : le communisme ?

TOUS COUPAT
TOUS COUPABLES

D’ALAIN BROSSAT
Nouvelles Éditions Lignes, 115 pages, 9

Tous Coupat
Le Matricule des Anges n°107 , octobre 2009.
LMDA papier n°107
6.50 €
LMDA PDF n°107
4.00 €