La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Esteban le veilleur

juin 2010 | Le Matricule des Anges n°114 | par Emmanuel Laugier

Europe N°971 (Claude Esteban, Bernard Manciet)

Disparu soudainement en avril 2006, on constate, quatre ans après, par la richesse du volume que la revue Europe lui consacre, combien l’œuvre de Claude Esteban retient l’attention des critiques et poètes d’aujourd’hui. Ce dossier ne masque d’ailleurs jamais, pour ceux qui en témoignent, l’attention raffinée de cet homme, son humour, sa discrétion, et le tact d’une rare élégance que sa pensée révélait lorsqu’il s’agissait de défaire la croyance aveugle à tous propos d’auteur, ou à telle théorie de la traduction. Partons de là, puisque Claude Esteban, d’avoir non seulement été l’influent traducteur de Paz, Lorca, Góngora, Quevedo ou Pizarnik, en passant par T. S. Eliot ou Virgile, fut confronté à l’épreuve, selon ses mots, de son propre bilinguisme (espagnol par son père, français du côté maternel), qu’il réfléchira dans Le Partage des mots (Gallimard, 1990). Dans cet essai majeur, sur lequel reviennent Marie-Claire Zimmermann, ou encore Dawn M. Cornelio dans « à l’écoute de la voix de l’autre », Zimmermann rappelle qu’à la suite de « l’étrange déchirement, non pas entre deux langues, mais entre deux univers mentaux », Esteban chercha à mettre en lumière, « de manière tenace, entre contrainte et plaisir, celui des divergences »fondamentales« qui existent entre la langue française et la langue espagnole », du « goût de la »notion pure«  » de la première à cette acceptation, chez la seconde, de la « vitalité de l’immédiat, (…) pour nommer les moindres aspects des choses dans la fugacité de l’instant ». Sans doute nomme-t-elle là, très justement, ce qui fit, entre écart et proximité, la spécificité de sa langue poétique (des poèmes aux proses, à la réserve stylistique de ses essais), son déploiement entre le lyrisme retenu de Sept jours d’hier (1993) par exemple, et celui, minimal, de L’Insomnie, journal (1991), pourtant écrit directement en espagnol. Voire, comment sa langue s’enrichissait d’une sorte de baroquisme tenu à la gorge dans ses essais su
Benoît Conort, lui, dans « L’itinerrance du roi Lear » rappelle comment, dans Sur la dernière lande (1996), Esteban envisage le monologue de Lear, relevant l’apparente contradiction qu’il y aura eue entre sa blessure vécue de 2006, son immobilisme contraint, et ce qu’elle allait parcourir néanmoins dans le corps du sujet, jusque dans le spectre mental qu’elle revêtit, car, est-il écrit dès 96, la «  vieille cervelle aussi / a besoin d’une béquille, boite, // boite, mon pur esprit, les crapauds / rient dans leur marécage ». Signalons également un dossier sur le trop méconnu poète gascon Bernard Manciet.

Europe N°971, 480 pages, 20

Esteban le veilleur Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°114 , juin 2010.
LMDA papier n°114 - 6.50 €
LMDA PDF n°114 - 4.00 €