La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Ordinary people

avril 2011 | Le Matricule des Anges n°122

Fario N°9

Volontiers thématique (« Face aux machines », « La vie qui s’éloigne »), parfois tournée vers un auteur (« Saluer Julien Gracq »), Fario ne garde pas moins devant elle, et pour chacun de ses numéros, un espace vacant, ouvert à toutes les expériences. Celui-ci s’appelle justement « le livre ouvert ». Une multiplicité de voix s’y côtoie, et dessine, parfois, la rêverie d’un fil conducteur dont s’empare le lecteur comme d’une corde frêle. On peut voir dans cette nouvelle livraison comment l’ordinaire se glisse en chacun, fabrique des contes (Laurent Danon-Boileau), permet l’horreur ou en sauve, voire se transforme en l’habitus d’une communauté entière. Les pages du journal (septembre 1995) du premier séjour en Corse de W. G. Sebald, partie du chaînon manquant entre Les Anneaux de Saturne et Campo Santo, en témoignent, autant par les remarques sur les rites funéraires ancestraux (d’une précision ethnologique), que par celle de la découverte d’un village à l’abandon où un petit chien affamé le suit. Sebald lit L’Éducation sentimentale et les notes de Flaubert sur la Corse ; imagine Charles Bonaparte, le père de Napoléon, traversant les montagnes, assis devant un feu de camp ; évoque la désolation cendrée des maquis ravagés par le feu, des orages qui éclatent en des images, concède-t-il, « droit sorties de La Tentation de saint Antoine ». Depuis Dax, et de Nantes à Quimper, Cathie Barreau dit, en une phrase à l’étonnement parfois naïf, mais sans feinte, qu’un « livre triste et mal écrit lui donna la nausée ». Les chroniques de l’air du temps, féroces et doucement ironiques, de Thierry Bouchard, vous poussent, elles, à vous imaginer lire, derrière son épaule, les pages de Thomas Bernhard sur les prix littéraires dans une salle d’attente d’une clinique vétérinaire, ou à l’observation d’un père et de son fils béats devant les affiches de l’arrivée des « Monster trucks » à Saint-Laurent-de-la-Prée. Retenons également les notes raboteuses (« L’ordinaire », plus de cinquante pages), dites « nécessairement mal posées – comme des pavés disjoints », de Claude Mouchard. Sont évoqués, d’une sobriété bouleversante, autant un poème de Holan (« La Vltava en 1946 »), que l’ordinaire du camp soviétique que veut décrire Margolin dans son Voyage au pays des Ze-Ka. Plus loin, Mouchard jette cette phrase, quasi kafkaïenne : « et soudain follement libre dans la fluidité d’aller (…) s’écraser contre une vitre tendue pleine de lumière ou de nuit ? ». On fera aussi le lien entre les yeux du petit enfant accroupi, « bonnet de laine brun », et cet ordinaire, souvent dernier rempart d’une résistance contre l’abjection nazie, que donnent à lire les textes-témoignages d’écrivains juifs, ici tous originaires de Czernowitz.
Enfin, on pourra voyager : des photographies de Grégoire Pujade-Lauraine, construites sur le paradigme du défectueux, du différent, de l’irréconciliable et de l’irrésolu, aux poèmes du Chilien Jorge Teillier, comme autant de « films pluvieux qui arrivent de province ».

Emmanuel Laugier

Fario N°9
402 pages, 28
26, rue Daubigny 75017 Paris

Ordinary people
Le Matricule des Anges n°122 , avril 2011.
LMDA papier n°122
6.50 €
LMDA PDF n°122
4.00 €