La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds Cendrars le magnifique

avril 2011 | Le Matricule des Anges n°122

Derrière l’image du bourlingueur, du menteur sublime et du poète flamboyant, c’est la passion de la partance que l’on découvre dans ce volume Quarto, et un pionnier de l’écriture contemporaine.

Partir : Poèmes, romans, nouvelles, mémoires

L' Odyssée Cendrars

Avec sa dégaine de mauvais garçon, son visage de boxeur, son éternelle cigarette aux lèvres, et sa manche vide, l’image de Cendrars n’aura pas peu contribué à alimenter la légende qui l’entoure. Elle dit qu’il courait déjà le monde à 17 ans, qu’on l’a vu en Chine, en Sibérie, au Canada, dans les mers du sud, chasseur d’éléphant en Afrique, reporter à Hollywood… Voyageur des deux mondes, baroudeur des quatre vents, écrivain mythomane, on aura tout dit de celui qui prétendait ne pas tremper sa plume dans un encrier mais dans la vie. Cinquante après sa mort, il est temps de redécouvrir la vérité, et de constater que l’œuvre, qu’on aurait pu croire le fruit de la fièvre des voyages et de l’inspiration hâtive, apparaît au contraire aux antipodes de l’improvisation, gouvernée par une recherche secrète et relevant d’une pratique magique de l’autobiographie.
Né en Suisse, en 1887, Blaise Cendrars s’appelait pour l’état-civil, Frédéric Sauser. Après une enfance ballottée entre Naples, l’Egypte et Bâle, il part, à 17 ans, pour Saint-Pétersbourg où il est apprenti bijoutier pendant trois ans. Revenu à Berne, il commence des études – médecine, littérature, philosophie –, rencontre Féla, une jeune Polonaise, repart à Saint-Pétersbourg, est à Paris en 1910, à New York un peu plus tard, d’où il ramènera Les Pâques à New York, le poème d’une nuit de dérive dans la ville, par temps de neige et le ventre creux, au cours de laquelle il entend un oratorio de Haydn, dans une église. Une nuit doublement initiatique qui le voit écrire son premier vrai poème et surtout s’inventer une identité nouvelle – Blaise pour la braise et Cendrars pour les cendres. « L’écriture est un incendie qui embrase un grand remue-ménage d’idées et qui fait flamboyer des associations d’images avant de les réduire en braises crépitantes et en cendres retombantes. (…) Car écrire c’est brûler vif, mais c’est aussi renaître de ses cendres. »
De retour à Paris, il se mêle à l’avant-garde, devient l’ami des peintres et publie, en 1913, la Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France qui, avec Le Panama ou les aventures de mes sept oncles, et Les Pâques (réunis plus tard sous le titre Du monde entier) est l’un des grands mythes de la modernité poétique. Mesurant deux mètres, se dépliant comme une carte routière, et illustré, au pochoir, par Sonia Delaunay, la Prose du Transsibérien occupe une place capitale dans l’histoire de la littérature, tant ce voyage halluciné de froid et de feu, sur fond de guerre russo-japonaise, inaugure une poésie du corps à corps avec la réalité la plus saignante. « C’était la guerre/La faim le froid la peste le choléra/Et les eaux limoneuses de l’Amour charriaient des millions de charognes/(…) Et les soldats qui s’en allaient auraient bien voulu rester… » Une sorte d’apocalypse du mal, allant crescendo – « L’incendie était sur toutes les faces dans tous les cœurs (…) Et sous la pression de la peur les regards crevaient comme des...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°122
6.50 €
LMDA PDF n°122
4.00 €