La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Tombeau pour l’inconnu

mai 2011 | Le Matricule des Anges n°123

Vraiment un homme a Sangatte

A Sangatte, pendant trois ans, un centre d’accueil a hébergé des étrangers en attente de partir pour l’Angleterre. Sa fermeture en 2002 et le battage médiatique qui a suivi ont fait connaître le destin de ces hommes et de ces femmes. Lancelot Hamelin écrit l’histoire tragique de l’un d’entre eux, retrouvé mort sur une plage française pour avoir tenté de traverser la Manche sur un canot pneumatique. Ce texte, que l’auteur a lui-même mis en scène aux Subsistances à Lyon, se présente sous la forme d’un récit à trois voix proche de l’épopée, de la chanson de geste, par son écriture poétique, complexe, ambitieuse, et par son propos. Un homme, Requeim, Requiem mal prononcé, parti parce que « il ne reste rien, même pas / De quoi nourrir cette abeille-ci / Les princes mangent tout le miel », une femme, Julie, et une mouette composent un chœur qui déroule ce vaste poème en huit chants et façonne un mythe sur ce qui pourrait n’être qu’un fait divers : la mort d’un clandestin. Mêlant l’intime et le politique, les mots de Lancelot Hamelin, précis, sonores, traversent le quotidien, s’emparent du réel et tissent, petit à petit, un motif, une figure, un destin : « Oui je vais mourir mais ma mort / Se situe au-delà de moi / Non, je ne meurs pas pour moi-même / Ma vie est aussi au-delà / Du jeune homme qui délaissa / Le seuil de la maison des siens/ Et qui monta dans l’autobus / Pour voir s’éloignant s’effondrer / Sa mère sur le pas de la porte / (…) ».
Sur la plage de Sangatte, un homme est mort, les yeux mangés par les mouettes, une chaussette rouge au pied et l’autre dans la main, comme un enfant déshabillé. Il était ingénieur en pétrochimie, né dans un pays producteur de pétrole et arrivé clandestinement à Sangatte dans la citerne d’un camion. Et la mouette interroge : « Ce sont d’abord les mers ensuite / Les plages et puis quoi enfin / Qui divisent les hommes à mort ». La question est levée.

Patrick Gay-Bellile

Vraiment un homme à Sangatte
Lancelot Hamelin
Préface de Hélène Cixous
Quartett, 110 pages, 12

Tombeau pour l’inconnu
Le Matricule des Anges n°123 , mai 2011.
LMDA papier n°123
6.50 €
LMDA PDF n°123
4.00 €