La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Il n’y a pas de grand soir

novembre 2012 | Le Matricule des Anges n°138

Il n’y a pas de grand soir

Il est des êtres dangereux à aimer », solaires à effacer jusqu’à votre ombre, si vivants qu’il faut s’en arracher pour simplement continuer à respirer. « Le père » est de ceux-là, ogre magnifique, roi impérieux, exerçant sur ses femmes, ses filles, ses élèves une violente fascination. Ce que dépeint, d’une voix pudique et ferme, ce premier roman de Christel Périssé, n’en est pas le pourquoi mais, bien plus modestement et avec une subtilité rarement démentie, le comment : et de dérouler le fil fragmentaire d’une vie, reconstituée à partir de clichés muets et de souvenirs dont la narration, toujours au présent, impose la permanence passionnelle. Tenter de « comprendre qui était le père », c’est chercher dans les yeux d’un enfant – des yeux si noirs qu’ils en paraissent sans pupille –, dans la pose nonchalante d’un jeune homme fumant, sa « maigreur appuyée contre un mur », dans des colères ou des rires immenses, des amours et des emmerdes, des rêves de liberté. Et c’est peine perdue : cette défaite programmée, butant sur la surface jaunie des images convoquées, se traduit en un joli déplacement de la notion politique du « grand soir » qu’invoque le titre même : ni révolution ni révélation au bout du chemin, cadré serré en cinquante-cinq instantanés.
Mais l’essentiel est ailleurs : sous la menace de l’annihilation, la narratrice promise au rien (« Rien. Du latin rem non, rem accusatif de res, la chose nulle. Nullifiée, réduite à rien. ») inverse les polarités de la relation lorsque, en un geste imprévisible, elle cesse de fuir, fait face et affronte le père, brisant la tempête d’un simple doigt levé et d’un non proféré. À ce moment – central, vibrant –, pas question de s’attarder : tout en retenue, le récit finit de dérouler le fil et pose que, dans ce mouvement de rupture même, l’être n’est rien sans transmission – sans ces dix « leçon(s) du père » qui rythment, laconiques et précieuses, le flux de l’écriture.

Valérie Nigdélian-Fabre

Il n’y a pas de grand soir
Christel Périssé
Rivages, 144 pages, 13,50

Le Matricule des Anges n°138 , novembre 2012.
LMDA PDF n°138
4.00 €