La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Valérie Nigdélian

Message Envoyer un message

Valérie Nigdélian

Articles

Enfant de perdition

de Pierre Chopinaud
De l'impur Roman initiatique ? Épopée ? Le premier roman de Pierre Chopinaud souffle son « verbe de feu et d’or » sur la guerre, la race et l’universel. Hors cadre, hors norme. Ou plutôt définissant les siens propres, ce par quoi s’impose l’évidence d’une œuvre. Il aura fallu quatre ans d’écriture, auxquels s’est ajoutée plus d’une année de révision du texte, pour amener le petit millier de pages produites aux quelque six cents que forme aujourd’hui ce massif premier roman. Enfant de perdition de Pierre Chopinaud est une sorte de monstre, à proprement parler une chimère – par nature hétérogène –, où s’entrecroisent l’intime et le collectif, l’histoire et la légende, le désir et le désastre. Au centre, le narrateur, et le récit-fil rouge...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Écrire à même les choses, ou

de Jérôme Game

Les Choses, les gens

de Federigo Tozzi

Les Choses, les gens de Federigo Tozzi

Après Les Bêtes, publié en 2012 chez Corti, un nouveau recueil de fragments inédits de Federigo Tozzi donne sa forme définitive à la trilogie qu’imaginait l’écrivain siennois avant d’être emporté par la grippe espagnole en 1920. Des « bêtes », des « choses », et des « gens » : ce triptyque dessine un panoptique étrange et flottant, sensible et hésitant, où s’esquisse à travers une prose...
janvier 2020
Le Matricule des Anges n°209

La 82

de Olivier Assayas , Raymond Depardon

Retour sur images

Dans la Cité des anges du début des années 1980, les retrouvailles des Cahiers du cinéma et d’Hollywood : un voyage passionné et passionnant. Los Angeles, 1982 : sous un soleil hivernal, quatre fous d’images débarquent sur la terre mythique du cinéma US. Autour de Serge Toubiana, qui vient de succéder à Serge Daney au poste de rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, les deux critiques – et futurs cinéastes – Serge Le Péron et Olivier Assayas, et « la présence tranquille » de Raymond Depardon, chargé de réaliser un reportage photo...
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

Un autre tambour

de William Melvin Kelley

Maîtres sans esclaves

La ségrégation vue par les yeux des Blancs… sous la plume d’un écrivain noir. La responsabilité individuelle comme seul vecteur de libération. Premier roman étonnant de William Melvin Kelley. Que se passerait-il si tous les opprimés se levaient un jour et décidaient, tout simplement, de prendre leur liberté sans plus attendre qu’on vienne la leur donner ? Qu’adviendrait-il si les figures du maître – chef, patron, président, curé – étaient non pas renversées, mais simplement ignorées ? Si tous les guides et leurs discours de libération collective étaient balayés par l’action...
octobre 2019
Le Matricule des Anges n°207

Et l’ombre emporte ses voyageurs

de Marin Tince

Zig mélancolique

Un spleen baudelairien, une noirceur toute célinienne… et une grande douceur : cocktail explosif pour le premier roman de Marin Tince qui ressuscite l’enfance et un Paris disparu. Une traversée nocturne dans un train lancé à toute vitesse, « long serpent lumineux qui nous entraînait avec un fracas de bête rageuse (…) vers le soleil des morts ». Coincés à l’intérieur, le narrateur « crucifié à la fenêtre, (…) dégueulant toujours et sans cesse (s)es ténèbres », et « les vivants et les morts à (lui) connus, tous assis bien peinards, bien gentils, souriants cons, bien...
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206