La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Valérie Nigdélian

Message Envoyer un message

Valérie Nigdélian

Articles

La Route de Suwon

de Elie Treese
Mon grand-père, ce héros Derrière quel drapeau pourrions-nous marcher aujourd’hui ? Croisant le fer avec Dante et l’histoire des conflits du siècle passé, le nouveau roman d’Élie Treese interroge le déclin des grands récits et des idéologies. Il a bien compris, depuis Beckett, que les dispositifs narratifs les plus simples s’avèrent parfois les plus efficaces. Mais il a aussi retenu, de Faulkner notamment, la fureur, l’excès, l’épique. C’est donc quelque part entre ces deux balises – de chair et de néant, de feu et de glace –, quelque part entre les deux rives de l’Atlantique, que le Franco-Américain Élie Treese trace sa route depuis dix ans maintenant. La Route de Suwon, son quatrième roman, demeure fidèle à cette polarisation, peut-être même en la radicalisant. De l’idée de roman que reste-t-il en effet ici, sinon un fil...
avril 2022
Le Matricule des Anges n°232

Cavalier d’épée

de Pierre Chopinaud

Chants de bataille

Entrelaçant l’intime et le politique, Pierre Chopinaud poursuit sa réflexion sur l’altérité et la domination, dans un manifeste vibrant pour la défense des Roms et des minorités. C’est parce que, dit-il, de son premier – et magistral – premier roman, Enfant de perdition (Lmda N°211), « la charge n’avait pas explosé », sa réception trop « littéraire » en occultant, selon lui, la dimension proprement politique, que Pierre Chopinaud, sous les traits de ce Cavalier d’épée, se jette de nouveau dans la bataille. Réaffirmant, cette fois de façon très explicite, sa volonté de...
janvier 2022
Le Matricule des Anges n°229

Monstres

de Barry Windsor Smith

« Juste une âme perdue »

Avec son format hors norme (près de 400 pages), Monstres marque le retour d’un des papes du comics américain, Barry Windsor-Smith, après quinze ans de silence. L’Anglais, qui quitta Marvel au milieu des années 1980, jugeant sa créativité bridée par l’industrie, reprend ici une idée développée à cette époque : et si Bruce Banner, alias Hulk, avait été maltraité dans son enfance ? En...
janvier 2022
Le Matricule des Anges n°229

Au-delà du miroir

Sans âge ni lieu, l’écriture d’Antonio Moresco dynamite la vision conventionnelle de la réalité : pour réouvrir les possibles et redonner à la littérature toute sa dimension insurrectionnelle. En ce début d’automne, il cavale entre la France et l’Italie. Ici pour présenter Les Ouvertures dans les librairies françaises, là-bas à l’occasion de la sortie de Corpo a corpo, un essai sur les grandes figures littéraires qui ont compté pour lui, de Sylvia Plath à Dostoïevski, ainsi qu’un CD de textes inédits, Stelle in gola. Grâce à l’entremise de son traducteur et ami Laurent Lombard, que...
novembre 2021
Le Matricule des Anges n°228

Dans l’œil du cyclone

Redessinant l’espace et le temps, défigurant le genre autobiographique, Les Ouvertures se déploie tel un immense tourbillon. Explosif. Et magistral. Il faut certes un peu de courage pour affronter Les Ouvertures. Un peu de patience, un peu d’endurance, avant que ne commence à sourdre la petite musique de la prose de Moresco. Mais une fois qu’elle commence à résonner, une fois qu’enflent ses modulations lentes ou affolées, méditatives ou électriques, il est trop tard : 700 pages plus loin, rendu brutalement au silence, on ne ferme le livre...
novembre 2021
Le Matricule des Anges n°228