La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Valérie Nigdélian

Message Envoyer un message

Valérie Nigdélian

Articles

Jazz à l’âme

de William Melvin Kelley
Si c'est un homme Delcourt poursuit sa redécouverte de l’œuvre de William Melvin Kelley, avec le portrait superbement limpide d’un musicien noir du siècle dernier. Si les choses s’étaient déroulées autrement, j’aurais été musicien », déclarait-il en 1968 au cours d’une interview. On le croit sur parole à la lecture de Jazz à l’âme, son deuxième roman, paru en 1965 aux États-Unis. Trois ans à peine après le coup de maître que fut Un autre tambour (Lmda No207), William Melvin Kelley, qui n’avait alors que 24 ans, continuait d’explorer l’identité noire sur fond d’Amérique ségréguée. Moins explicitement militant et radical que son premier opus, qui décrivait l’exil soudain de toute une communauté sous les yeux incrédules de maîtres blancs sidérés, A...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

La Créativité de la crise

de Évelyne Grossman

L’art du déséquilibre

Combat contre la page blanche, contre soi, contre la folie ? Au croisement de la littérature, de la psychanalyse et de la philosophie, Évelyne Grossman interroge les rapports qu’entretient la crise avec le processus créatif. C’est un des grands mythes attachés à la création – qu’elle soit littéraire, picturale, musicale ou autre. Un mythe à la dent dure, dont les relents romantiques nourrissent à l’envi des vocations souvent boursouflées. Littéralement, un poncif : l’artiste en prise avec la panne, le manque d’inspiration, le silence des anges, contraint dès lors à une périlleuse traversée du néant. Mais néant...
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215

L' Exposition

de Nathalie Léger

Aux vaincues

Réédition du premier roman de Nathalie Léger, un étrange paysage de ruines où la photographie révèle toute sa puissance spectrale. Avant le très remarqué Supplément à la vie de Barbara Loden (2012) ou La Robe blanche (2018), il y a eu L’Exposition (2008), que les éditions P.O.L rééditent en poche. Comme eux portrait d’une femme défaite – ici de l’« immobile et féroce » comtesse de Castiglione, là de la cinéaste Barbara Loden ou de la performeuse Pippa Bacca –, L’Exposition est né d’une fascination – « énorme et...
juin 2020
Le Matricule des Anges n°214

Je suis la bête

de Andrea Donaera

Rouge sang

Et Mimì pense qu’il va les tuer tous. Tous, s’ils ne partent pas, s’ils ne partent pas d’ici, s’ils ne le laissent pas seuls, dans ce salon, Mimì va faire un carnage, il va les tuer tous. » Mimì, c’est le chef local de la Sacra Corona Unità, une organisation mafieuse située dans la région des Pouilles. Et s’il est si furieux, c’est que ce salon abrite un cercueil, et que dans ce cercueil...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

Citizen : Ballade américaine

de Claudia Rankine

La nuit remue

Avec Citizen, Claudia Rankine décrypte les signes du refoulé de l’histoire raciale et de son retour douloureux dans la société américaine. Scène nocturne. Un arbre. À son pied une foule rassemblée. Parmi elle, un homme pointe le ciel du doigt. Certains regardent l’objectif du photographe, d’autres ont le visage tourné vers l’obscurité que l’homme désigne. Pourtant il n’y a rien, rien que du noir. Cette image d’archives, datée du 30 août 1930, s’intitule Lynchage public. De cette nuit d’horreur, il ne reste rien, rien sinon les...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213