La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Fratrie nocturne

novembre 2012 | Le Matricule des Anges n°138

Au clair de la nuit

Rouges roses de l’oubli, Ombres d’amours en rêve, Du Paradis, titres des précédents livres de Corinne Bayle – par ailleurs auteur d’une biographie de Nerval (Aden, 2008) – donnent le ton. Beauté, mélancolie, élégance, ils indiquent la substance sensible d’une voix, la nostalgie d’une enfance toujours vive. Une enfance de princesse errante, éprise de liberté, amoureuse déjà de la lecture, de ses sortilèges et de ses enchantements. Enfance nourrie de rêves qui ne la quitteront plus et qui, par-delà le temps, la mort et les caprices du destin, la hantent encore au clair de la nuit.
Car sous ce titre se cache un livre qui a la beauté des contrastes entre noir et blanc, qui est méditation inspirée sur la façon dont le rêve, la poésie, la musique et le romantisme peuvent poétiser l’existence. Les livres qu’elle aime, Corinne Bayle les reçoit comme des confidences où elle retrouve sa propre mémoire. « L’écrivain que nous aimons prend possession de notre esprit (…), nourrissant notre réalité de la sienne, et nos rêves des siens. » En Gautier, Rimbaud, Hugo, Kleist, Novalis, Hoffmann, Schubert, Caspar David Friedrich, Van Gogh, Caroline von Günderode, Mary Shelley, Emily Jane Brontë…, elle se reconnaît « comme en une vie antérieure révélée ». Chez eux, elle affectionne la survivance d’une innocence, leur façon de dire la déchirure d’aimer, d’évoquer le deuil du bonheur, de recomposer un réel qui échappe. Dans la lecture et le secret des pages, elle se sent aimée de loin, elle que ses chimères ne cessent de torturer. Comme si la transformation mythique du vécu donnait un sens à ce qui en semble dépourvu. Car tous ces artistes ont su nommer les ombres de la nuit, lui donner une valeur de connaissance ainsi que le suggère Novalis évoquant « les yeux infinis que la nuit ouvre en nous ». Comme si l’art pouvait éclairer du réel ce qui nous en est indéchiffrable, nous apportant apaisement momentané et force d’espérer.

Richard Blin

Au clir de la nuit
Corinne Bayle
Éditions du Noroît, 252 pages, 20

Fratrie nocturne
Le Matricule des Anges n°138 , novembre 2012.
LMDA PDF n°138
4.00 €