La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français De la distance

juillet 2013 | Le Matricule des Anges n°145 | par Blandine Rinkel

Spécialisé dans les vies imaginaires depuis sa trilogie Angriffe, Alban Lefranc ré-invente ici l’adulescence du boxeur Mohamed Ali. Le roman se présente comme un enchaînement d’images-flèches qui, chacune ciblée sur une étape de la construction du Greatest, donnent sens à sa trajectoire. Ce sens, c’est celui de la distance. Si Cassius Clay devient l’Ali qu’on connaît, c’est parce qu’il s’est juré de conserver du recul en toutes circonstances. Entre lui et les autres, de l’air. « Flotter comme un papillon et piquer comme une abeille » devise-t-il. Loin des blancs, Ali ne se fera pas massacrer comme l’arrogant Emmett Till. Loin des femmes, il ne se fera pas envoûter comme son faible de père. En somme, Ali se protège en ne se livrant à personne sinon à Dieu. Pour déplier la trajectoire complexe du boxeur, Alban Lefranc fait appel à une farandole de procédés stylistiques. Les jeux sur la ponctuation, sur le rythme ou sur le registre s’enchaînent, les passes d’un narrateur à l’autre aussi : tantôt c’est le Sur-Moi du boxeur qui s’exprime, tantôt c’est plutôt la foule qui gronde. L’auteur va jusqu’à donner la parole à Dieu, qui signale à Ali : « Tu es trop lisse, tu manques furieusement d’angoisse ». Or, ce faisant, le tout-puissant semble aussi s’adresser à Lefranc ; son Ring invisible, à trop jouer sur la forme, manque de nécessité. Une vraie prise de risque de la part de l’auteur – qui, en littérature comme en boxe, signe le véritable coup de maître – fait ici défaut. Un roman sur la distance qui pèche, en somme, par excès de distance.

Blandine Rinkel

Le Ring invisible
Alban Lefranc
Verticales, 170 pages, 17,90

De la distance Par Blandine Rinkel
Le Matricule des Anges n°145 , juillet 2013.
LMDA papier n°145
6.50 €
LMDA PDF n°145
4.00 €