La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Vie littéraire Des lignes de vie

juillet 2013 | Le Matricule des Anges n°145 | par Philippe Savary

Fondées au printemps dernier, les éditions Tusitala exploreront dans un bel écrin les littératures étrangères, privilégiant des fictions mêlant la mémoire et l’Histoire.

Deux textes inédits, d’un coup : Mémoires d’un bison d’Oscar Zeta Acosta, et Un locataire de Svava Jakobsdóttir. Ou l’art de souffler le chaud et le froid. Le grandiloquent et l’intime. D’un côté, un road-movie version gonzo, mené allégrement par celui qui fut le complice de Hunter S. Thompson dans Las Vegas parano  ; de l’autre, un huis clos minimaliste et fantaisiste à force d’absurdité. La Californie et l’Islande, donc, comme premières étapes d’une aventure qui promet de parcourir les lettres du monde entier. « L’idée avec cette double parution est de montrer la cohérence de notre démarche, à la fois graphique et éditoriale », explique Mikaël Demets, coanimateur des nouvelles éditions Tusitala avec Carmela Chergui, tous deux la trentaine naissante, l’un domicilié à Paris, l’autre à Bruxelles. « Ces deux écrivains étaient des personnalités publiques, politiquement engagées, ajoute-t-il. Les romans qui nous intéressent sont indissociables de la période qui les a vus naître. Ce seront des textes ancrés dans le réel. »
Figure de la culture latino-américaine, Oscar Zeta Acosta (1935-1974) fut l’avocat du mouvement chicano, et s’activa beaucoup en faveur des déshérités. Svava Jakobsdóttir (1930-2004) siégea, entre autres mandats, au Parlement islandais – et on peut ainsi lire Un locataire (1969), qui narre le quotidien d’une femme au foyer envahi par l’intrusion d’un étranger entre ses murs, comme une allégorie de ses engagements autant anti-militaristes (l’île abritait une base américaine de l’OTAN jusqu’en 2006) que féministes. « En Islande, note Mikaël, l’écrivain fait souvent office de porte-parole de la société. » C’est grinçant, parfois drôle. Morceau choisi : « On envisageait (…) de peindre toutes les cuisines du pays en vert pour qu’un calme accru gagne les femmes à leurs fourneaux, mais il paraissait juste que les couvercles (des casseroles) soient rouges pour qu’elles ne s’endorment pas tout à fait ». Voilà ce qui intéresse nos éditeurs : des narrations qui s’inscrivent dans une problématique historique, politique et sociale. D’où aussi ce choix de Tusitala, « le raconteur d’histoires », qui était le surnom de Robert Louis Stevenson dans les îles Samoa. Le romancier anglais y finira ses jours après avoir soutenu la population indigène contre l’impérialisme allemand.
Les deux étaient faits pour s’entendre. Ils se rencontrent au festival d’Angoulême. Ils partagent un goût commun pour le roman noir en particulier, et la littérature de mauvais genre en général. « Mais je ne savais que lire », s’amuse cet historien de formation. Journaliste littéraire, Mikaël Demets fut rédacteur en chef adjoint d’Evene.fr jusqu’en 2010 lorsque le groupe Le Figaro, propriétaire du site culturel, poussa vers la sortie l’intégralité de la rédaction. Il tient aujourd’hui un blog, L’Accoudoir. Carmela Chergui, elle, travaille au Frémok, un éditeur de bande dessinée, après avoir fait ses armes à L’Association et à la coopérative de diffusion...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°145
6.50 €
LMDA PDF n°145
4.00 €